L’observatrice élude sa tiédeur avec talent

PortraitTiphanie Bovay-Klameth, comédienne.

La comédienne Tiphanie Bovay-Klameth dévoile son premier seule-en-scène au 2.21, avant un passage par l'Echandole.

La comédienne Tiphanie Bovay-Klameth dévoile son premier seule-en-scène au 2.21, avant un passage par l'Echandole. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Bavarde? Sans aucun doute. Sensible? Totalement. Angoissée? La question ne se pose même pas, Tiphanie Bovay-Klameth l’est de nature. Ces jours-ci, son électrocardiogramme la fait même douter un peu plus que d’habitude. La comédienne dévoile son premier spectacle en solo: D’autres, un seule-en-scène personnel qui s’annonce décalé et sincère. Pétri d’humanité, d’autobiographie mais aussi d’imaginaire. A l’instar de sa créatrice qui se décrit, quant à elle, comme «une Suisse de classe moyenne, une protestante vaudoise et tiède qui a développé un bon sens terrien à deux pas de la ville». Bref, une «névrosée de l’entre-deux» qui… exècre, toutefois, qu’on la réduise à un personnage.

«J’adore les petites gens qui mettent une énergie folle dans des choses en apparence vaine»

Durant 1h10, le public ira à la rencontre des «petites autorités» qui font vivre Borbigny et ses sociétés villageoises. La chorale, le club de gym, la troupe de théâtre amateur… Borbigny, une localité fictive? «Pas tout à fait», concède la Lausannoise, fille d’instit’qui a grandi à Bussigny et passait ses vacances du côté d’Orbe, chez ses grands-parents paternels.

«Borbigny, c’est le monde d’où je viens, une communauté imaginée entre souvenirs et caricature. J’ai une passion pour l’ordinaire, pour les accidents anodins du quotidien qui se révèlent aussi exemplaires que de vrais drames théâtraux, pour les petites gens qui mettent une énergie folle dans des choses en apparence vaine. C’est de tout cela que j’ai envie de parler, car je suis persuadée que c’est en allant vers le singulier que l’on touche à l’universel. En impro, c’est lorsque j’ai osé m’éloigner des lieux communs que j’ai décollé.»

Un virus choppé à 12 ans

Improvisation, le mot est lâché. Tiphanie Bovay-Klameth a tâté pour la première fois du théâtre à l’âge de 4 ans. Mais c’est à 12, au collège de La Planta, à Renens, qu’elle a choppé le virus de la scène. «Celui d’interpréter des personnages», corrige celle qui a amené la Suisse en demi-finale de la Coupe du monde d’improvisation, en 2015 à Paris. Celle qui tisse finement sa carrière entre du théâtre contemporain et des univers loufoques, guidée par le besoin vital de faire le métier qu’elle aime.

«J’adore imiter, scruter les gens pour capter leurs petites manies qui en disent souvent plus que n’importe quel discours.» Imiter et apprendre, c’était d’ailleurs le titre de son mémoire de fin d’étude à La Manufacture, la Haute école romande de théâtre. Tiphanie Bovay-Klameth en est sortie il y a de cela neuf ans.

Comédienne talentueuse

Qui a suivi la carrière de la comédienne – l’une des plus talentueuses de sa génération, en Suisse romande – ne sera pas surpris d’entendre son goût pour l’observation. Pour l’absurde et la tendre poésie, aussi. A peine son diplôme en poche, la jeune femme a tapé dans l’œil de Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff. Avec la troupe des Deschiens et ses sans-grade, elle a vécu une entrée fracassante dans le métier. Deux ans et demi de tournées dans les grands théâtres, avec une grosse équipe et un spectacle ambitieux.

«Percer à Paris n’a jamais été un but en soi et je n’ai pas encore eu l’occasion de retravailler avec eux, mais cette expérience m’a vraiment permis de comprendre que mon univers était intéressant.» Petite déjà, elle avait très vite cerné qu’elle était «plus bulldozer que jolie princesse». «J’y peux rien: dès que j’arrive sur scène, je fais rire malgré moi.» De cette singularité, elle fait une force. De ses complexes, des atouts.

Une passion pour Zouc

Après son retour en Suisse, on l’a vue chez Marielle Pinsard ou Guillaume Béguin. Mais c’est au sein de la 2b company, aux côtés de François Gremaud et Michèle Gurtner – avec qui elle a fondé un collectif et défend des spectacles aussi dégoupillants que KKQQ ou Western dramedies –, qu’elle a trouvé le terrain idéal pour creuser ses aspérités et laisser libre cours à son jeu incarné. Nourrie de sa passion pour Zouc ou Muriel Robin, de son amour inconditionnel pour Michael Jackson, également. «Un personnage insaisissable mais un artiste absolu.» Bref, quelqu’un de… l’entre-deux. (24 heures)

Créé: 24.02.2017, 10h40

Carte d'identité

Née le 23 mars 1984, à Bussigny.

Cinq dates importantes

1985 Naissance de son frère, Benoît, la personne qu’elle aime le plus au monde.

1994 Découvre l’univers de Zouc en cherchant un livre sur les souks. Une révélation, une influence absolue!

2004 Réussit le concours d’entrée à La Manufacture, à la deuxième tentative.

2008 Intègre la troupe des Deschiens.

2017 Premier spectacle solo.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 26 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...