Passer au contenu principal

Crise de la quarantainePassager privilégié d’un Vatican soudain muet

Le garde suisse morgien Timothée Gaillard profite du temps suspendu pour vivre sa foi encore plus intensément.

Je vis ma foi encore davantage dans l’intériorité, et ce ne sont pas les intentions de prières qui manquent, surtout en ce moment.
Je vis ma foi encore davantage dans l’intériorité, et ce ne sont pas les intentions de prières qui manquent, surtout en ce moment.
Jean-Paul Guinnard

«En une seconde, on voit ici plus de touristes qu’en une année à Morges!» plaisantait Timothée Gaillard en décrivant sa nouvelle «place du village» lors de son assermentation au sein de la Garde pontificale il y a pile une année, le 6 mai 2019. Il ne se doutait pas un seul instant que, douze mois plus tard, l’endroit serait désert ce mercredi matin, l’intronisation des nouveaux soldats du pape – toujours à la même date – étant annulée. «C’est une décision logique et nécessaire, mais c’est un peu triste», explique depuis Rome le hallebardier morgien, qui devait notamment accueillir la présidente du Conseil national Isabelle Moret, comme le veut la tradition. «Les circonstances actuelles empêchent la tenue de cette magnifique cérémonie, mais je me réjouis de savoir qu’elle a déjà été refixée au 4 octobre», avec une signification sans doute encore plus forte – en présence des familles – à condition que la vie file de nouveau à l’endroit en ce début d’automne.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.