Passer au contenu principal

Le pasteur épris de culture ne possède ni la foi ni l'amour

André Joly a donné dimanche son dernier culte à la cathédrale. Sa retraite se fera en couple et à moto.

Odile Meylan

En ouvrant la porte du balcon qui plonge sur le chœur de la cathédrale, André Joly observe notre réaction. «Ça le fait, hein?» On opine: de là-haut, la vue sur la nef est époustouflante. Le pasteur ne s’en lasse pas. Il doit pourtant rendre les clés du vénérable édifice. Il y donnait dimanche le dernier culte de sa carrière, avec le parler vaudois, la douceur et l’humour qui le caractérisent.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.