Passer au contenu principal

Elle revit des sensations de son confinement à Koh-Lanta

Première candidate suisse du jeu télévisé, Laurence Pizzocchia souffre du calme actuel, mais se ressource par la pratique du sport en extérieur.

Première candidate suisse à avoir participé au jeu télévisé Koh Lanta, Laurence Pizzocchia souffre du calme actuel, mais se ressource par la pratique du sport en extérieur
Première candidate suisse à avoir participé au jeu télévisé Koh Lanta, Laurence Pizzocchia souffre du calme actuel, mais se ressource par la pratique du sport en extérieur
Odile Meylan

Qu’est-ce qui est le plus difficile: rester trente-cinq jours sur une île déserte en compagnie de 17 inconnus ou être confinée la même durée chez soi? «Le confinement, tranche sans hésiter Laurence Pizzocchia. Parce qu’à «Koh-Lanta» on pouvait discuter, échanger, se toucher. Là, l’isolement me pèse vraiment beaucoup. Dans ma vie normale, j’ai des contacts avec plusieurs dizaines de personnes chaque jour. J’ai besoin que ça bouge. Même le bruit me manque!»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.