Passer au contenu principal

La sculptrice engagée aime se confronter à la pierre millénaire

L’artiste de la Riviera a monté l’expo sur l’égalité du Forum de l’Hôtel de Ville. Un thème qu’elle a souvent rencontré dans sa carrière.

«Je comprends mal les artistes qui peuvent rester dans leur atelier sans jamais voir du monde.»
«Je comprends mal les artistes qui peuvent rester dans leur atelier sans jamais voir du monde.»
Florian Cella

La vie d’Alexia Weill semble tourner aussi rond que les cercles qu’elle sculpte dans le marbre à Valeyres-sous-Rances, où elle a son atelier. D’une grand-mère comédienne, elle a hérité une première carrière dans le cinéma, de son grand-père et de sa mère – galeristes tous les deux –, elle a reçu la passion des beaux-arts, et de son père avocat, l’amour de la nature suisse, où la famille parisienne venait skier chaque hiver. «Si j’analyse aujourd’hui, je me dis que je suis restée dans mon univers d’enfant.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.