Passer au contenu principal

Elle veut encore croire au grand humour

Nathalie Devantay, humoriste.

PHILIPPE MAEDER

Nathalie Devantay assure que les sketches émaillant son one-woman-show Le syndrome de Cendrillonne sont pas issus de ses expériences personnelles. «Je n’ai pas envie d’être moi, de parler de moi, sur un plateau. Je préfère jouer des rôles, si possible dans des scènes où je peux me lâcher, partir en vrille, hurler, aller dans les extrêmes.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.