Le même visage d’ange que son clown de père

PortraitMasha Dimitri, artiste.

Image: JEAN-PAUL GUINNARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

AVerscio, dans la petite cour du Teatro Dimitri, elle a le visage d’ange de son père, des yeux bleu ciel et un immense sourire. Masha Dimitri, qui a perdu son papa clown le 19 juillet, est sereine. C’est l’adjectif qu’elle emploie pour parler d’elle avant de jouer, avec sa sœur Nina, la clownesse Silvana Gargiulo et Samuel Müller Dimitri, Dimitrigénérations . A sa création, Dimitri y tenait le rôle du nonno (le grand-père). Une version nouvelle de ce spectacle ludique, poétique et forcément clownesque arrive bientôt en Suisse romande*. «Sans Dimitri mais avec lui», dit Masha. Elle se réjouit de reprendre la route et d’être applaudie par ce public qui fait des représentations de la famiglia une fête.

A l’image de celles qu’elle a connues enfant, dans cette cour pleine de musique et de rires. Avant la construction du théâtre, Masha a vu s’y produire Dimitri, bien sûr, mais encore, programmés par Gunda, sa mère, les Mummenschanz, les Colombaioni, Pierre Byland, Andreas Vollenweider et tant d’autres. Tous lui ont donné l’envie d’embrasser ce «merveilleux métier».

Un père joueur et généreux au quotidien

Masha se souvient que, à l’âge de 3 ans, elle a pris conscience de la profession de son père: clown! Joueur et généreux, il l’était à la maison, dans la vie de tous les jours. D’où sa surprise: pourquoi les gens riaient-ils de son papa à elle lorsqu’il était sur scène? Eh oui, pourquoi?

Le regard de Masha balaie le ciel et les souvenirs. Durant plus de soixante ans, Dimitri a arpenté toutes les scènes du monde. Elle l’a vu travailler, répéter, reprendre, inventer. Souvent absent, Dimitri aura pu compter sur Gunda pour conduire, au Tessin, une formidable aventure artistique. Avec elle, il ouvre un théâtre, puis crée une école de l’art du mouvement – ayant le statut de Haute Ecole – et un Museo comico. Gunda, créatrice de bijoux et mère Courage, donne au clown quatre enfants qui tous, à l’exception d’Yvan, sont devenus des artisans d’art: David, l’homme-cirque, Nina, comédienne et chanteuse, Masha, l’artiste aux semelles de vent qui danse sur le fil souple, une ombrelle à la main.

De par le monde

A 15 ans, Masha s’envole pour la Hongrie. Après avoir envisagé de devenir ballerine et assisté aux numéros du clown Oleg Popov, sous le chapiteau du Circus Krone de Munich, elle rejoint son frère David à l’Ecole de cirque de Budapest. Durant deux ans, elle y suit tous les cours: acrobatie, musique, jonglage, pantomime, funambule sur le fil souple – par opposition au fil tendu, la spécialité de David. C’est le fil souple, qu’il s’agit d’apprivoiser en se balançant, discipline artistique peu pratiquée, qu’elle choisit d’investir.

Diplômée de l’Accademia Teatro Dimitri, elle traverse l’Atlantique pour rejoindre, à San Francisco, le Pickle Family Circus. Masha a 20 ans et connaît son premier engagement dans un petit cirque en plein air, où tout le monde fait tout. En quête de sa propre identité, la voici qui prend un peu de distance avec sa famille et son pays. Non que l’héritage de Dimitri clown l’encombre, mais le temps du «qui suis-je au juste?» est arrivé. L’expérience vécue en Californie agit sur elle comme un révélateur. Confortée dans ses choix, la jeune femme se sait maintenant artiste à part entière, comédienne et metteuse en scène, jongleuse et danseuse sur le fil.

De retour en Europe, en 1986, avant le Cirque Gruss, elle participe au Festival du cirque de demain. La scène se passe à Paris. Parmi les spectateurs, Guy Caron. Il dirige le Cirque du Soleil et le numéro qu’exécute Masha l’éblouit. Il l’invite à rejoindre sa compagnie au Québec puis, en tournée, à Los Angeles, où tout a démarré pour ce qui est devenu aujourd’hui une grande entreprise de divertissement.

Les spectacles s'enchaînent

Au fil du temps, tout s’enchaîne. Cirques, spectacles en solo ou avec la Compagnia Teatro Dimitri, duos clownesques avec Kai Leclerc chez Knie, triomphe de La Famiglia, en 2009, au New Victory Theater, à Broadway. A ce spectacle, qui réunissait Dimitri, Nina, Kai Leclerc, David et Masha, succède aujourd’hui Dimitrigénérations, ou comment magnifier théâtre et cirque.

Trente-cinq ans de scène et… quels sacrifices? Masha ne pense pas en ces termes: «Je parlerais de chemins de vie. Peut-être quitterai-je cette existence sans avoir réalisé tous mes rêves. Quelle importance? Je suis convaincue qu’il y a, après, une autre vie. Qui me permettra de poursuivre mon travail de création.» Elle ajoute: «J’ai le sentiment qu’avec mon papa, ce fut une étape et que ce n’est pas fini. Que ça ne peut pas finir comme ça. Nous étions tellement proches.» (24 heures)

Créé: 10.10.2016, 10h20

Carte d'identité

Née le 23 mars 1964 à Zurich.

Six dates importantes


1979 Rejoint l’Ecole du cirque de Budapest.

1985 Premier engagement, au Pickle Family Circus, en Californie.

1987 Rejoint le Cirque du Soleil.

1992 Au Cirque Knie, duo clownesque avec Kai Leclerc et fil souple.

1994 Naissance de sa fille, Kira (aujourd’hui étudiante aux Etats-Unis),
qu’elle a avec Kai Leclerc.

2014 Crée «Dimitrigénérations» avec son père, sa sœur et son neveu.

En tournée romande

«Dimitrigénérations»

A Monthey (ve 28 oct.),
Neuchâtel (ve 4 nov.),
Romont (sa 5 nov.),
Carouge (je 24-di 27 nov.),
Corpataux (sa 17 déc.)

famigliadimitri.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...