Passer au contenu principal

Portrait de Martine RebetezPour la climatologue, le chemin compte autant que l’objectif

La scientifique passionnée de montagne prône le dialogue et l’esprit d’équipe. Dans tous les domaines.

Lla climatologue Martine Rebetez à peau de phoque axu Paccots.
Lla climatologue Martine Rebetez à peau de phoque axu Paccots.
PATRICK MARTIN / 24HEURES

Il y a le but à atteindre et la route à suivre pour y parvenir. En 2014, on trouvait Martine Rebetez au sommet du Mont-Blanc devant les caméras dArte. «Un moment magique», le point dorgue dun documentaire suivant lascension de trois scientifiques (les deux autres natteindront pas la cime) «dans la lignée des naturalistes du XVIIIe siècle, qui parcouraient ce massif pour comprendre leur environnement». Avant le sommet, il y a eu la montée, très particulière. «Cétait un tournage avec une quinzaine de personnes, jétais la seule femme. Une ascension avec une équipe de télévision, cest long, il faut sans cesse refaire des prises. Lexpérience a été magnifique, même si elle a été difficile. Le Mont-Blanc nétait pas un sommet dont je rêvais, il est trop fréquenté, je préfère un 3950 mètres confidentiel à un 4000 mètres que tout le monde vise. Jy suis allée car il y avait un but pédagogique. Et j’ai été épatée de constater que ce film a atteint un public souvent peu au fait des changements climatiques.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.