Passer au contenu principal

Rénovations de la piscinePour limiter sa dette, Payerne puise dans son fonds économique

À 24 voix contre 23, le Conseil communal accepte d’utiliser un fonds au lieu d’alourdir son plafond d’endettement.

Grâce à un large soutien financier de la Commune, la société coopérative de la piscine et du camping envisage d’importants travaux de rénovation des lieux.
Grâce à un large soutien financier de la Commune, la société coopérative de la piscine et du camping envisage d’importants travaux de rénovation des lieux.
JEAN-PAUL GUINNARD

«Même si le cas est limite, autant utiliser l’argent collecté sur ce fonds, surtout si les intérêts négatifs ont tendance à nous coûter de l’argent.» En conclusion d’un débat sur la situation financière de Payerne, le conseiller communal Jean-Jacques Guisolan (PLR) a proposé jeudi de suivre la proposition de la Municipalité, au sujet du financement du futur chantier du complexe de piscine-camping. De son côté, la Commission des finances (Cofin) soutenait de ne pas autoriser l’acquisition de parts sociales de la société par le biais du fonds de développement économique. Au terme d’un vote serré (24 oui, 23 non), les élus ont suivi leur Exécutif.

«L’utilisation de ce fonds ne correspond pas à l’objectif premier de sa création», avait pourtant argumenté Nicolas Schmid (PSIP) pour la Cofin. Un argument contré par Roland Bucher (PLR): «On parle beaucoup de notre endettement qui se rapproche du plafond autorisé et là, on veut péjorer la situation.»

63 millions engagés

Avec les derniers investissements proposés par la Municipalité, un montant total de 63 millions est désormais engagé, alors que la limite est fixée à 70 millions pour la législature en cours. Rappelant que chaque visiteur des lieux entraîne de potentielles retombées en ville, le syndic Eric Küng a établi un parallèle avec le chantier de l’abbatiale pour lequel le fonds économique avait été utilisé. «Mais la muséographie était alors nouvelle», a rétorqué Christian Gauthier (PLR), président de la Cofin. Sans succès.

«On parle beaucoup de notre endettement qui se rapproche du plafond autorisé et là, on veut péjorer la situation»

Roland Bucher, conseiller communal

Au total, quelque 5,4 millions de francs seront investis dans la modernisation d’un site qui attire 75’000 personnes chaque année, dont 2,4 directement de la poche de la Commune, qui cautionne aussi l’emprunt du reste. Prévue durant l’hiver 2021-2022, la cure de jouvence prévoit le remplacement du liner des deux bassins, divers aménagements ou la démolition du restaurant, puis sa reconstruction.

Le site étant propriété d’une société coopérative, dont la ville détient 63,6% du capital social, les élus n’avaient pas à se prononcer sur les travaux prévus, mais uniquement sur le financement. «Il est dommage que pour un tel investissement, la restauration des sanitaires ou des vestiaires ne soit pas prévue», a toutefois regretté Stéphane Maillard (PLR).