Passer au contenu principal

L’invitéePour un déconfinement respectueux de l’environnement

Laetitia Bettex plaide en faveur des moyens de transport doux.

Image d’illustration
Image d’illustration
KEYSTONE

Le lundi 11 mai a marqué la seconde étape du déconfinement. Avec l’ouverture des écoles, des magasins, des marchés ou encore des restaurants, la vie active peut reprendre progressivement tout en maintenant les distances qui s’imposent. Chacun d’entre nous recommence à se mouvoir, en conservant toutefois une certaine peur de contracter ou transmettre le Covid-19 aux personnes les plus vulnérables.

Malgré toutes les mesures mises en place, la promiscuité imposée par les transports publics couplée au fait de devoir partager son espace avec de nombreux inconnus plaident en défaveur de ce mode de transport. Il est urgent de prendre les mesures qui s’imposent pour que le déconfinement n’engendre pas une explosion du trafic individuel motorisé sur nos routes.

«La pratique d’une activité physique modérée renforce les défenses immunitaires»

Particulièrement adaptés en cette saison, le vélo et la marche présentent le double avantage de respecter aisément les règles de distanciation sociale tout en préservant l’environnement. De plus, la pratique d’une activité physique modérée renforce les défenses immunitaires, facteur non négligeable en cette délicate période de pandémie.

De nombreuses villes telles que Milan, Berlin, Vienne, Budapest, Bogotá, Mexico, New York ou encore Vancouver l’ont compris. Elles ont pris de rapides mesures en faveur des modes doux. Fin mars déjà, plusieurs aménagements cyclables provisoires étaient mis en service à Berlin, privilégiant ainsi une phase rapide de test sur laquelle s’appuyer par la suite. Dans le même temps, les autorités milanaises planifiaient 35 kilomètres supplémentaires de réseau cyclable, de nombreux élargissements de trottoirs et une réduction du nombre de places de stationnement dans le centre-ville en vue de dissuader les automobilistes d’y pénétrer.

Créativité et souplesse

Divers aménagements peuvent être envisagés. Suivant les conditions locales, pourquoi ne pas supprimer momentanément une bande de stationnement au profit de l’élargissement d’un trottoir? Pourquoi ne pas réaffecter une voie de circulation en bande ou piste cyclable lorsqu’une artère compte plusieurs voies? Et s’il était temporairement possible d’autoriser les cyclistes à emprunter certaines voies dédiées aux transports publics?

Ne serait-il pas opportun d’installer du stationnement provisoire pour les cycles aux abords des commerces? Ou encore, pourquoi ne pas tester une signalisation provisoire se basant sur les principes de la zone de rencontre? Celle-ci offrirait ainsi priorité et espace nécessaire au respect des règles de distanciation sociale tant pour les piétons que pour les cyclistes.

Responsables de l’aménagement de leurs voiries, Cantons et Communes devraient se saisir rapidement de ces questions. Les aménagements en faveur des modes doux sont aujourd’hui encore bien plus qu’hier une nécessité pour le bien-être de toutes et tous.