Passer au contenu principal

Élections communales de mars 2021Pourquoi le PAI va réapparaître sur les listes électorales

Le sigle désignant le parti des Paysans, Artisans et Indépendants, ancêtre de l’UDC, va faire son retour dans le cadre des prochaines élections communales.

Composé d’une poignée de main et d’un épi de blé (sur la pierre au premier plan), le logo du PAI va être ressorti par l’UDC vaudoise en 2021. Le président du parti Kevin Grangier rappelle en effet que l’ancêtre de son parti a été fondé le 13 janvier 1921 à St-Cierges dans le Gros-de-Vaud, là-même où est située cette pierre commémorative.
Composé d’une poignée de main et d’un épi de blé (sur la pierre au premier plan), le logo du PAI va être ressorti par l’UDC vaudoise en 2021. Le président du parti Kevin Grangier rappelle en effet que l’ancêtre de son parti a été fondé le 13 janvier 1921 à St-Cierges dans le Gros-de-Vaud, là-même où est située cette pierre commémorative.
Jean-Paul Guinnard

Ces prochaines semaines, les électrices et électeurs du canton seront peut-être surpris de voir réapparaître les lettres PAI sur certaines listes des élections communales de mars prochain. Ces trois lettres signifiant Paysans, Artisans, Indépendants avaient en effet pratiquement disparu du paysage politique vaudois depuis 1985, lorsque le PAI-UDC avait décidé de ne garder que le second trio de lettres pour s’identifier.

La réapparition du PAI ne symbolise toutefois pas une volonté de retour en arrière, et encore moins une déclaration de guerre à l’aile dure de l’UDC. Elle est un clin d’œil au passé afin de marquer le 100e anniversaire de l’UDC Vaud. Le parti est en effet né le 13 janvier 1921 dans l’église de St-Cierges, près de Thierrens dans le Gros-de-Vaud, à l’initiative de quelques agriculteurs issus du Parti radical démocratique.

«Il existait déjà une variété de dénomination de nos listes dans les communes.»

Kevin Grangier, président de l’UDC Vaud

Un logo mariant la poignée de main et l’épi de blé du logo ancestral, avec le drapeau vaudois, un soleil et le vert de l’UDC a même été créé pour l’occasion. C’est lui qui risque d’apparaître sur certaines listes électorales. «Il a été tellement apprécié quand on l’a présenté, que certaines personnes nous ont demandés si elles pouvaient l’utiliser, explique Kevin Grangier, le président du parti. Nous avons accepté car il existait déjà une variété de dénomination de nos listes dans les communes, avec, par exemple, des listes UDC – Indépendants ou UDC – hors partis. Et même quelques listes UDC-PAI, qui avaient perduré.»

Inscrit dans les statuts

Pour célébrer cet anniversaire, des festivités étaient prévues le 13 janvier à St-Cierges, où trône déjà une plaque commémorative posée à l’occasion du 90e anniversaire. Mais tout a évidemment été renvoyé à des jours meilleurs. «De plus, le 1er janvier entreront en vigueur nos nouveaux statuts, qui contiennent désormais dans leur premier article la mention de la création du PAI en 1921, annonce Kevin Grangier. C’est un élément que nous avons décidé d’ajouter, car il rend hommage à nos racines, un geste qui correspond à nos valeurs et à notre ligne politique.»

En 1921, le PAI était le troisième mouvement agraire à voir le jour, après ceux nés dans le canton de Zurich en 1917 et Berne deux ans plus tard. Cinquante ans plus tard, les membres du PAI ont participé à Berne à la fondation de l’Union démocratique du centre. La double dénomination PAI-UDC a ensuite subsisté jusqu’au 2 mars 1985, où il a été décidé de ne garder que les trois lettres UDC. Le PAI-UDC a fourni au canton quatre conseillers d’État: Marc-Henri Ravussin (élu en 1962), Marcel Blanc (élu en 1978), Pierre-François Veillon (élu en 1991) et Jean-Claude Mermoud (élu en 1998).

14 commentaires
    Raynald

    A défaut de nouvelles idées, un ancien nom fera l’affaire...