Passer au contenu principal

Votations du 13 juinPourquoi l’initiative «eau propre» séduit les libertariens

Un comité libéral soutient le texte qui veut priver de paiements directs les paysans qui utilisent pesticides et antibiotiques. Il restera alémanique.

L’initiative populaire «Pour une eau potable propre» met en lien l’utilisation de pesticides et d’antibiotiques dans l’agriculture avec la qualité des eaux souterraines.
L’initiative populaire «Pour une eau potable propre» met en lien l’utilisation de pesticides et d’antibiotiques dans l’agriculture avec la qualité des eaux souterraines.
KEYSTONE/Gaetan Bally

On pourrait croire, à première vue, que l’initiative «Pour une eau potable propre» mobilise avant tout les milieux écologistes et de protection des animaux. Pourtant, contrairement à son cousin «Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse», ce texte soumis lui aussi au vote le 13 juin séduit une partie de la droite, particulièrement en Suisse alémanique.

Ce jeudi à Berne, ce soutien a pris le visage de quatre conseillers nationaux: deux vert’libérales et deux libéraux-radicaux. «Une des initiatives antipesticides mise sur les interdits. L’autre en revanche a un cœur libéral», explique d’emblée Tiana Moser (PVL/ZH).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.

Articles en relation