Passer au contenu principal

Création multimédia à Belmont-sur-LausannePrécis lyrique de manipulation

La compagnie Agora relit et modernise l’opéra baroque «Antigone» de Traetta à travers les outils numériques.

En répétition à Belmont-sur-Lausanne, le chœur Voix de Lausanne entoure Créon (Joshua Stewart).
En répétition à Belmont-sur-Lausanne, le chœur Voix de Lausanne entoure Créon (Joshua Stewart).
Agora

«Ceci n’est pas un opéra» affirme l’affiche d’«Antigone Exp.N°2» par la compagnie Agora, à découvrir du 3 au 10 octobre à Belmont-sur-Lausanne. Et pourtant, la matière musicale de ce spectacle se fonde sur un véritable opéra baroque: «Antigona» de Tommaso Traetta (1727-1779) dont la musique, superbe, fait penser à Gluck et Mozart. Benjamin David, fondateur d’Agora, s’est toujours ingénié à casser les codes de l’opéra: «Le mot opéra fait peur à beaucoup de monde, qui n’ose pas franchir les portes d’un théâtre. Notre travail n’est pas contre les institutions, mais nous refusons de sacraliser ce répertoire; nous voulons transformer ce matériau pour le faire vivre avec notre époque et attirer d’autres publics.»

Expérience immersive

À proprement parler, Benjamin David n’est pas un metteur en scène d’opéra, mais un metteur en question de l’opéra. Depuis sa première production à Lausanne en 2015 autour d’«Ulysse» de Monteverdi, le scénographe lausannois a suivi une ligne artistique très personnelle, qui vise à créer des «expériences immersives» dans des œuvres lyriques revisitées, déstructurées et en partie recomposées. Le public est invité à se déplacer au milieu des interprètes pour créer sa propre histoire subjective de l’œuvre. Les recherches artistiques de Benjamin David intègrent activement les technologies numériques. Dans «Ulysse», les spectateurs pouvaient déambuler sur le plateau et en même temps visionner sur leur téléphone des images retransmises par des caméras cachées dans des lieux inaccessibles, mettant en scène notre propre voyeurisme.

Antigone est incarnée par Lisa Tatin.
Antigone est incarnée par Lisa Tatin.
Agora

«Nous montrons comment les outils numériques sont utilisés pour manipuler les gens.»

Benjamin David, metteur en scène d’«Antigone Exp.N°2»

Dans «Antigone», une application téléchargée sur un téléphone ou une tablette permettra de découvrir des images et des objets irréels en réalité augmentée. Dès l’ouverture, le public se mêle aux choristes de Voix de Lausanne pour assister, comme le peuple de Thèbes chez Sophocle, à l’affrontement entre Créon et Antigone, à l’opposition entre raison d’État et éthique personnelle, entre despotisme et désobéissance civile. «L’opéra de Traetta donne une importance capitale au chœur, indique Benjamin David. Nous avons voulu questionner sa place, démonter les mécanismes qui influencent l’opinion publique. Et nous montrons comment les outils numériques sont utilisés pour manipuler les gens.»

L’affrontement entre Créon et Antigone filtré par la réalité augmentée
L’affrontement entre Créon et Antigone filtré par la réalité augmentée
Agora

Belmont-sur-Lausanne, Musée Deutsch
Les 3, 4, 7, 9 et 10 octobre (20 h)
Renseignements:
monbillet.ch
www.agora.li