Passer au contenu principal

SuissePression en faveur d'une réforme des titres de CFC

Le Parlement revient à la charge avec l’idée de revaloriser les diplômes de la formation professionnelle par des noms plus modernes et attrayants.

Les diplômés de la formation professionnelle ont moins de chances de trouver un emploi car les employeurs privilégient toujours plus les titulaires d'un bachelor ou d'un master, estime un conseiller national bernois.
Les diplômés de la formation professionnelle ont moins de chances de trouver un emploi car les employeurs privilégient toujours plus les titulaires d'un bachelor ou d'un master, estime un conseiller national bernois.
Keystone

Les diplômes de la formation professionnelle supérieure doivent être revalorisés par des noms modernes comme bachelor ou master professionnel. Le Parlement revient à la charge avec cette idée. Le Conseil fédéral refuse toutefois de céder.

Depuis le 1er janvier, l'Allemagne décerne les titres de «Bachelor Professional « et de «Master Professional». La Suisse ne le faisant toujours pas, ses diplômés de la formation professionnelle ont moins de chances de trouver un emploi car les employeurs privilégient toujours plus les titulaires d'un bachelor ou d'un master, estime le conseiller national Matthias Aebischer (PS/BE).

Sa motion en faveur d'une revalorisation des diplômes est cosignée par 79 parlementaires de tous bords. Il y a huit ans, le socialiste avait déposé un texte similaire que le Parlement avait enterré comme le voulait le gouvernement au motif que des mesures de coordination étaient en cours à l'échelle européenne et qu'un cadre européen faciliterait la comparaison entre les documents.

Risque de confusion

Le Conseil n'est pas plus favorable au nouveau texte. Prévoir des titres de bachelor et de master pour la formation professionnelle, même avec des précisions, risque de créer des confusions avec les diplômes des hautes écoles et une académisation regrettable de la formation professionnelle supérieure, justifie l'exécutif dans sa réponse publiée jeudi.

Le système des écoles supérieures est par ailleurs soumis à un examen plus large porté par les partenaires de la formation professionnelle et demandé par le Parlement. Le Secrétariat d'Etat à la formation devrait achever cet été une analyse exhaustive de la situation. Il vaut mieux attendre les résultats de ces travaux, estime le gouvernement.

(ATS/NXP)