Passer au contenu principal

Belles pagesQuand les cinémas deviennent des bateaux fantômes

Le Genevois Simon Edelstein a parcouru la planète à la recherche des cinémas abandonnés. Il en a fait un livre somptueux.

Vestige d’un cinéma à Bonham, au Texas.
Vestige d’un cinéma à Bonham, au Texas.
SIMON EDELSTEIN

Dans bon nombre de pays, aller au cinéma est un loisir qui renvoie au siècle passé. Les salles ferment, nombreuses, et un peu partout, formant parfois de grands vaisseaux abandonnés, sièges de mille souvenirs et de fantômes d’un autre temps. De bâtiments déserts en dédales poussiéreux, ces vestiges de rites enfouis saccagés par le temps sont devenus l’obsession de Simon Edelstein. Le photographe et réalisateur genevois, qui a signé des dizaines et des dizaines de documentaires pour la télévision, et quelques films pour le cinéma, a parcouru le monde pour trouver des ruines d’anciens cinémas et les photographier. Le résultat, époustouflant, fait désormais l’objet d’un livre superbe, «Le crépuscule des cinémas», qui vient de paraître aux Éditions Jonglez.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.