Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Accueil d’urgence à Lausanne«Quand on ferme le Répit, des personnes disparaissent»

De gauche à droite: Véronique Eichenberger, directrice adjointe de la Fondation Mère Sofia, Téo Roy, responsable de la Soupe populaire, et Astrid Corpataux, responsable de la structure d’accueil de nuit le Répit.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.

S'abonnerSe connecter