Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Libérer la paroleQuand Tinder vire au cauchemar

Honte, culpabilité, les femmes victimes de violences sexuelles sont peu nombreuses à dénoncer les actes qu’elles ont subis. Selon une étude d'Amnesty International Suisse, seulement 8% d'entre elles ont déposé une plainte pénale.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.

S'abonnerSe connecter