Passer au contenu principal

L’invitéeQue faire pour supporter la canicule dans nos villes et villages?

Catherine Roulet présente des solutions concrètes contre l’excès de chaleur.

Habiter au centre-ville, dans un locatif entouré d’une place bétonnée et de voitures parquées, ou à l’inverse dans un quartier arborisé, laissant moins d’espace au goudron, il n’y a pas photo en période de canicule: la température est supportable si l’on a le privilège d’être entouré d’arbres, d’avoir les pieds dans l’herbe ou d’être près d’un plan d’eau.

Individuellement, on a peu de possibilités d’action pour lutter contre ces températures qui grimpent, peuvent rendre malade, voire faire mourir des personnes vulnérables. On peut certes acheter un climatiseur qui, s’il rafraîchira l’appartement, libérera de l’ozone et contribuera à faire monter encore la température de l’extérieur. Pas vraiment une solution à long terme!

«Les Communes et leur Conseil peuvent s’assurer que les projets de nouvelles constructions prennent en compte la gestion de la chaleur»

En revanche on peut inciter sa Commune à réfléchir à l’aménagement de l’espace urbain pour lutter contre les îlots de chaleur. Que ce soit à travers divers règlements communaux, plans d’affectation, plans directeurs ou encore la délivrance de permis de construire, les Communes et leur Conseil peuvent s’assurer que les projets de nouvelles constructions prennent en compte la gestion de la chaleur.

Plusieurs villes suisses se sont d’ailleurs dotées de plans climat qui fixent des objectifs et engagent des mesures pour limiter les changements climatiques et diminuer leurs impacts sur leur territoire.

Les autorités communales devraient donner l’exemple, notamment lors de la construction ou de la rénovation de bâtiments municipaux, l’aménagement du domaine public et l’entretien des espaces verts sur les terrains communaux. Si ces projets publics sont mis au concours, le cahier des charges devrait inclure des objectifs pour la lutte contre les îlots de chaleur. Et, grâce à une bonne information, inciter les constructions privées à suivre également ces mesures d’adaptation au changement climatique.

Protéger les arbres

Il est important aussi de penser à la végétalisation dans les nouveaux quartiers et avant tout de conserver les arbres anciens. Ayant une canopée importante, ils ont une fonction primordiale pour le microclimat et la biodiversité, accueillant de nombreux oiseaux et insectes, produisant de l’oxygène, captant le CO2 et filtrant les micropolluants. Que demander de plus? Nous devons de les protéger. Nous devons faire comprendre aux élu·e·s que nous sommes responsables de l’évolution du climat et que nous devons agir même au niveau des communes.

Pour ce faire, les Vert·e·s ont établi une brochure sur cette problématique: «Adaptation au réchauffement climatique: pourquoi et comment adapter nos communes aux vagues de chaleur». Dès la rentrée, des conseillères et conseillers déposeront des interventions en ce sens dans différents conseils communaux. Si les Communes veulent que leurs habitant·e·s se plaisent dans leur ville ou leur village et restent en bonne santé, elles ne doivent pas faire l’économie d’une réflexion liée à cette nouvelle pandémie qu’est le réchauffement climatique.