Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Après le drame à LutryQuel suivi pour les huissiers, parfois confrontés au pire?

Image d’illustration.

«Différents organismes ont été contactés afin de mettre en place un suivi individuel à l’intention des employés concernés.»

L’Ordre judiciaire vaudois.

Gérer la peine et aussi la violence

22 commentaires
Trier:
    iGH

    Il y a quelques années, on vantait la ponctualité des Suisse à honoré leurs factures.

    La stabilité du pays, le faible taux de chômage, la sécurité, etc .. le paradis sur terre la Suisse.

    Mais derrière cette image de carte postale se cache une vraie misère , d'une part toujours plus grande la population, qui n'arrive juste plus à suivre.

    Le mythe qui veut qu'un mauvais payeur est responsable de ce qui lui arrive à la dent dure. Alors comme la misère, on cache ses difficultés par peur d'être jugé déficient selon la culture populaire. Car en Suisse le dicton qui veut que "plaie d'argent n'est pas mortel" est de moins en moins vraie. Cette plaie se traduit par exclusion, jugement et méfiance.

    La tendance en Suisse a toujours été de cacher cette misère. Derrière la façade bien propre de nos maisons, une réalité bien cachée commence à pointer le bon de son nez.

    Les primes maladies , par exemple, sont un gouffre pour beaucoup de familles. Le fossé entre la réalité de cette Suisse malade de son image est le mythe de carte postale risque malheureusement de faire encore beaucoup de victimes, silencieuses ou bruyantes comme cette femme à Lutry.