Passer au contenu principal

L’invitéQuelques enseignements à tirer des élections du 7 mars

René Knüsel revient sur les résultats et les particularités des communales vaudoises.

Les élections communales permettent de tirer quelques enseignements intéressants de l’évolution de l’opinion dans le canton de Vaud. Les taux de participation sont relativement stables dans l’ensemble du canton. Ni la pandémie, ni une campagne hésitante entre innovations timides et investissement renforcé dans les formes de communication conventionnelles n’ont dissuadé la population de se prononcer. L’abstentionnisme n’a pour autant pas baissé. Plus d’un électeur sur deux a boudé son enveloppe de vote.

Les états-majors des partis se sont adaptés aux nouvelles conditions par une présence accrue sur les réseaux sociaux, démarche compliquée dans les communes petites et moyennes, et l’accentuation d’envois à tous les ménages. Pandémie ou pas, ces élections permettent d’entrevoir la forme des campagnes futures.

«L’effort conséquent consenti par les médias pour couvrir et diffuser une information compliquée par la multiplicité des enjeux.»

Un autre constat à faire concerne l’effort conséquent consenti par les médias pour couvrir et diffuser une information compliquée par la multiplicité des enjeux et des situations sur l’ensemble du territoire cantonal. Je salue ce travail conséquent de la presse écrite et aussi parlée.

La place des femmes et des jeunes doit aussi être abordée. Encore loin de la parité, les femmes ont été plus nombreuses parmi les candidats et la progression du nombre d’élues se confirme. Ce phénomène est d’abord urbain. Mention au législatif de la ville de Lausanne dans lequel les élues sont désormais majoritaires.

Quant à la présence des jeunes sur les listes, comme parmi les élus, elle relève de l’exception. Leur insertion tardive dans la vie politique est d’abord due à une intégration sociale et surtout économique inachevée. Mais, comme pour les femmes, la sous-représentation des jeunes doit interroger le fonctionnement démocratique.

Les résultats, quant à eux, soulignent l’importance des stratégies électorales. Il a été justement relevé que les alliances sur la gauche de l’échiquier politique peuvent être d’une redoutable efficacité. Cette configuration politique s’est imposée dans l’ensemble des villes du canton avec un certain succès. Sa réussite repose pourtant sur la capacité des états-majors à concevoir une coalition sur la base des réalisations à atteindre et non sur les intérêts partisans ou personnels.

Objectifs ou ambitions

Cela ne signifie pas que les différences, voire les divergences, soient gommées. Mais les objectifs principaux devraient clairement primer les ego partisans et/ou personnels. Cet idéal est souvent en butte à la réalité. Les ambitions et calculs électoraux existent aussi dans les partis alternatifs.

Le poids et l’importance accordés à ces alliances, sur le long terme, devraient permettre une régulation interne pour que les crises constituent des occasions de remise en question et de revivification de la démarche.

3 commentaires
    Mendrisiotto

    Le ras le bol est la,