Passer au contenu principal

Témoignages d’iciQu’est-ce que ça fait de devenir citoyennes?

Entre nostalgie et simplicité, des Vaudoises se souviennent de ce 7 février 1971.

«Je jubilais pour ma fille»

Martine Rajaonarivo, La Tour-de-Peilz
Martine Rajaonarivo, La Tour-de-Peilz

«Je me souviens parfaitement du jour de la votation, rayonne Martine Rajaonarivo. Nous habitions à Crissier et j’étais en train de monter l’escalier pour aller coucher ma fille quand j’ai entendu le résultat à la radio. Je jubilais pour elle. Pas pour moi mais pour elle! Je me suis même mise à chanter.» Car à 28 ans, la souriante senior enseignait à l’école ménagère tout en s’occupant de son fils de 3 ans et de sa fille d’un an. «Mon mari était étudiant à l’EPUL (ndlr: ancêtre de l’EPFL). C’était quand même étonnant: j’avais toutes les responsabilités et aucun droit», s’indigne la Boélande de 77 ans.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.