Passer au contenu principal

Procès pour terrorismeQuinze ans de prison pour M.J., «l’émir vaudois»

La Cour d’assises de Paris a lourdement condamné le djihadiste qui rêvait d’attentats. Malgré ses regrets exprimés spécialement envers la Suisse.

Après le verdict, les caméras des télévisions romande et alémanique sont les seules à attendre la sortie des avocates de M.J.
Après le verdict, les caméras des télévisions romande et alémanique sont les seules à attendre la sortie des avocates de M.J.
DR

La lecture du verdict est tombée sans que le Vaudois M.J. fasse le moindre geste de réaction, les yeux fixement baissés devant lui: 15 ans de prison, dont une peine de sûreté des deux tiers et une interdiction définitive du territoire français. C’est très exactement ce que l’avocat général avait requis deux jours auparavant. Certes, on est loin des 30 ans qui constituent en France la peine maximale d’une condamnation pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, mais toute mesurée qu’elle soit, la peine reste lourde et les espoirs de M.J. de la voir réduite sont un glacial échec.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.