Passer au contenu principal

Lutte contre le coronavirusRebecca Ruiz en faveur de mesures nationales

Dans le cadre de la Conférence des directeurs cantonaux, la ministre vaudoise de la Santé se dit favorable à ce que Berne reprenne la main.

Rebecca Ruiz lors de la visite d’Alain Berset dans le canton, en octobre dernier.
Rebecca Ruiz lors de la visite d’Alain Berset dans le canton, en octobre dernier.
Jean-Bernard Sieber/ARC/A

La Conférence des directeurs cantonaux de la Santé a eu lieu ce lundi matin, avant la conférence de presse d’Alain Berset, à 12 h 30. Alors que Vaud fait partie des cantons au bénéfice d’exceptions sur les horaires d’ouverture des cafés-restaurants, la ministre de la Santé, Rebecca Ruiz, se met au diapason de ses collègues pour réclamer des mesures nationales. Elles sont actuellement en consultation et le Conseil fédéral reviendra devant la population vendredi.

«Il me paraît indispensable que la Confédération reprenne la main.»

Rebecca Ruiz, conseillère d’État chargée de la Santé

Pour le moment, Vaud échappe encore au couperet des fermetures à 19 heures car son taux de reproduction du virus figure en dessous de 1. Mais la conseillère d’État ne fanfaronne pas. «Ce taux ne diminue pas; nous sommes toujours en dessous de 1», dit-elle avant d’observer un silence. L’appel des directeurs des hôpitaux universitaires, ce week-end, l’inquiète: «C’est un cri d’alarme qu’il faut prendre très au sérieux. On connaît l’état de saturation des hôpitaux en Suisse romande depuis de nombreuses semaines. Ce qui change aujourd’hui la donne, c’est que les hôpitaux universitaires alémaniques se retrouvent dans la même situation que le CHUV et les HUG, avec un énorme risque pour nous de ne plus pouvoir faire de transferts de patients.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.