Passer au contenu principal

L’invitéRéchauffement climatique chez le psy

Robert Ayrton regrette qu’un politicien puisse considérer la crainte des conséquences du changement climatique comme la manifestation d’un trouble mental.

Échange houleux entre Anaïs Tilquin, porte-parole du collectif proclimat Rise up for Change, et Philippe Nantermod, conseiller national et vice-président du Parti libéral-radical, émission Forum du 21 septembre 2020.

AT: Ce que je crains, ce sont les famines mondiales, c’est que la planète est en train de cramer.

PN: C’est un point de vue, le programme politique d’une mouvance écologiste.

AT: Je suis chercheuse et les papiers que je lis tous les jours, j’en fais des cauchemars.

PN: Il faut voir un psychiatre.

Traduction: la crainte que la planète ne soit au bord de l’asphyxie n’est qu’une opinion, voire la manifestation d’un trouble mental. De tels propos – même au second degré, si ce fut le cas – n’ont pas de sens. Et venant d’un hiérarque du PLR en plein direct, manquent d’adresse politique.

«La crainte que la planète ne soit au bord de l’asphyxie ne serait qu’un programme politique»

Selon une tradition que l’on fait remonter à Platon, la théorie de la connaissance est traversée par la dualité entre réalité et opinion, le monde des faits, dont l’existence peut être établie de manière scientifique à partir d’hypothèses mises à l’épreuve de l’observation, et l’univers subjectif de la croyance.

Que la terre se réchauffe est un constat sans équivoque au sein de la communauté scientifique. Nul climatologue sérieux ne le mettrait plus en doute. Que l’influence des activités humaines soit établie, même le Conseil fédéral, d’habitude si timide face aux lobbies, l’a encore admis dans son message relatif à la révision de la loi sur le CO2.

Et qu’il y ait urgence à agir pour éviter – s’il en est encore temps – la catastrophe, tout le monde semble être plus ou moins d’accord. Et par catastrophe, il faut comprendre canicules meurtrières, fonte des glaces, montée des eaux, destruction de la biodiversité, déluges et sécheresses, pénuries d’eau potable, crises alimentaires, crises migratoires, épidémies. Les dix plaies de l’Égypte, mais en vrai et sur la terre entière.

Lucidité et croyance

Un tel avenir a réellement de quoi donner des cauchemars. Être terrifié, c’est faire preuve de lucidité. N’y voir qu’une vue de l’esprit ou un «programme politique», là est la croyance. Une croyance dont on ne peut plus se permettre le luxe. Quant à aller voir le psychiatre, on nous expliquera peut-être comment la prise en charge de la «thermoclimatophobie» peut se conjuguer avec une baisse des coûts de la santé, objectif semble-t-il cher à Philippe Nantermod.

Enfin, en tant que vice-président du PLR, le conseiller national est réputé en décliner la ligne officielle. Or ce parti, si longtemps associé au monde des affaires et de la finance, obsédé par la croissance économique, est visiblement en pleine opération de «greenwashing». Ses élus devraient se montrer plus mesurés face aux militants proclimat s’ils espèrent convaincre que ce verdissage de la onzième heure est authentique, exercice que ne facilitera guère leur rejet annoncé de l’initiative «Entreprises responsables» le 29 novembre prochain.

4 commentaires
    Bovay-Rohr

    Extrait pour Me Ayrton / J'attire votre attention sur les FAITS: oui, il y a réchauffement climatique, mais peu global; NON, l'humanité n'y peut presque rien; ce n'est pas tout le monde qui croit le contraire, seulement la foule de ceux qui ne sont pas renseignés. Lire: "Faux Rapports sur le climat (avertissement, cela tombe sous l’Art.307 CP)" et sa bibliographie, dans le blog "Toutes les énergies".

    Si la Presse avait fait son travail en diffusant ce communiqué, ce pauvre papier du 24 Heures aurait été épargné ... / Salutations distinguées