Passer au contenu principal

Immobilier à MontreuxRemis en vente, l’ancien Audiorama trouve preneur

La société e-mob, à Vionnaz (VS), s’apprête à acheter le bâtiment classé pour 1 million de francs. Elle veut y aménager bureaux, salles de bien-être et logements protégés.

Selon une expertise, le bâtiment ne peut pas être occupé, vu son état de délabrement.
Selon une expertise, le bâtiment ne peut pas être occupé, vu son état de délabrement.
Chantal Dervey

«Nous sommes convaincus de la nécessité de vendre cet immeuble, d’autant plus que cette opération est assortie de garanties préservant ce lieu chargé d’histoire», explique Caleb Walther, municipal des Domaines et Bâtiments. Remis en vente après une première opération avortée, l’ancien Audiorama, à Territet, a trouvé preneur. Propriétaire, la Ville veut vendre au prix de 1 million de francs cette ancienne dépendance du Grand Hôtel à la société e-mob SA, à Vionnaz (VS). Son actionnaire majoritaire a notamment pris part à la rénovation complète d’une des villas Dubochet à Clarens et du Moulin de Cugy.

La salle Sissi revivra

Cet entrepreneur entend faire revivre le lieu, classé à l’inventaire architectural, en rendant au public l’accès à la salle de l’impératrice Sissi, comme l’exige la Municipalité. En plus d’une cuisine d’appoint pour les événements ponctuels organisés dans cette salle historique, e-mob SA prévoit de créer des bureaux et des salles de bien-être dans les espaces restants. Les anciennes chambres jadis dédiées au personnel hôtelier devraient, elles, être aménagées en appartements protégés.

«Pour nous, il est intéressant que l’endroit retrouve une activité économique.»

Olivier Gfeller, municipal des Finances

Le nouvel acquéreur s’est engagé à entreprendre au plus vite les travaux urgents car, à l’exception de la salle Sissi bien conservée, l’état de délabrement de l’immeuble est préoccupant. Un rapport de la Commission de salubrité datant de 2013 relève que le bâtiment présente des carences pour ce qui concerne la protection incendie. Et qu’il ne peut en aucun cas être occupé.

Le printemps dernier, une première vente a été avortée. La Ville s’apprêtait à céder au prix de 800’000 francs l’immeuble à Palatin SA, à Pully, heureuse de se défaire de cet immeuble coûteux et encombrant. Mais elle avait dû faire marche arrière, après avoir constaté que cette société n’était pas en conformité avec la loi fédérale sur l’acquisition d’immeubles par des personnes à l’étranger. Conséquence, la Municipalité avait mis un terme à cette transaction et relancé un nouvel appel d’offres. «Le nouvel acquéreur est prêt à mettre 200’000 francs de plus, commente Olivier Gfeller, municipal des Finances. Cela montre sa motivation à faire revivre cet immeuble. Pour nous, il est intéressant que l’endroit retrouve une activité économique.» Trois autres offres sont parvenues à la Commune. Elles émanent de Cogefimmo SA et de Green Estate SA, à Lausanne, ainsi que de HBF Constructions métalliques SA, à Rennaz. Le choix de la Municipalité doit encore être validé par le Conseil communal.

Selon une expertise, la valeur vénale de vente de l’immeuble devrait s’élever à 4,4 millions de francs. La rénovation est, elle, estimée à 4 millions. Sans compter les aménagements intérieurs dont le coût dépendra du projet.

Depuis le départ de l’Audiorama en 2008, la Commune avait exploré plusieurs pistes afin de trouver une affectation à ce bâtiment. Aujourd’hui, elle a décidé de s’en défaire au vu des nombreux objets immobiliers dont elle a la charge, dont le Centre de Congrès qu’il s’agit de rénover.