Passer au contenu principal

Nécrologie Résistante et rescapée des camps, Noëlla Rouget s'en est allée

La centenaire est décédée dimanche matin dans un EMS genevois. Sa vie est une leçon de bravoure et d’humanité.

Noëlla Rouget en février 2020 lors de la cérémonie organisée pour la remise de sa médaille de l’Ordre national du Mérite français.
Noëlla Rouget en février 2020 lors de la cérémonie organisée pour la remise de sa médaille de l’Ordre national du Mérite français.
Lucien FORTUNATI

Noëlla Rouget est morte dans la nuit de samedi à dimanche dans son EMS de Champel. Âgée de cent ans, la survivante des camps installée à Genève après la deuxième guerre mondiale s’est éteinte après avoir contracté le Coronavirus.

C'est seulement ces derniers mois que la vie de Noëlla Rouget, née Peaudeau-Bossard, a resurgi publiquement. Un document, récemment dévoilé dans la presse grâce au travail de deux historiens genevois, a mis en lumière le geste exceptionnel de la résistante française.

La lettre au général De Gaulle

En 1966, elle s'est adressée directement au néral de Gaulle dans une lettre où elle demandait de gracier Jacques Vasseur, tout juste condamné à la peine de mort. Selon les historiens, son geste a très vraisemblablement contribué à commuer la peine capitale en prison à perpétuité.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.