Passer au contenu principal

Classique, rock et jazzRetrouvez les 49 concerts d’été en ville de Genève

De l’ensemble Gli Angeli aux Young Gods, juillet et août verront foule de concerts gratuits se disperser de l’Alhambra au Jardin botanique, du Musée d’art et d’histoire au Victoria Hall.

Genève, le 22 juin 2013. Fête de la musique à Genève. Concert au Victoria Hall plein à craquer de l’Orchestre de Suisse romande et en présence de la pianiste Mélodie Zhao. ©Pierre Albouy
Genève, le 22 juin 2013. Fête de la musique à Genève. Concert au Victoria Hall plein à craquer de l’Orchestre de Suisse romande et en présence de la pianiste Mélodie Zhao. ©Pierre Albouy
TDG

C’est un peu la Fête de la musique. Mais sur deux mois plutôt qu’un week-end. C’est un peu Musiques en été, comme au parc La Grange. Mais ça aura lieu ailleurs, en plein air ou à l’intérieur. L’affiche, constituée uniquement de groupes et musiciens du cru, n’annonce pas moins de 49 concerts. C’est un choix raisonnable de la Ville de Genève, qui tient là sa revanche contre le Covid-19.

Qui verra-t-on? Où ira-t-on? À l’Alhambra le 6 juillet pour commencer, avec l’Opéra de Chambre de Genève, troupe dirigée par Franco Trinca. On s’y rendra à 20 h 30, pour écouter «La serva padrona» de Pergolesi. Deux choses à savoir, qui n’ont rien de musicales: cette prestation, comme toutes les autres proposées à l’enseigne de «Cet été, c’est concerts!» est gratuite. Mais demande à réserver son billet sur le site dédié au programme (concerts-ete2020.ch). Traçabilité oblige, précisent les organisateurs. Le virus court toujours.

«Les conditions actuelles restent compliquées et les contraintes sont nombreuses, indique Laurent Marty, coordinateur de l’événement. Cependant, en mettant tout de même sur pied de tels concerts, nous pourrons éprouver les meilleures solutions pour une situation qui va perdurer à la rentrée.» Ainsi, les jauges restent limitées à 300 personnes, avec la possibilité de faire rentrer des spectateurs supplémentaires «tant qu’ils ne se mêlent pas aux autres». Compartimentés, masqués de préférence. Les directives fédérales ne laissent pas le choix.

Des décibels dans le jardin

Un premier coup d’œil sur la programmation nous indique son origine: classique, baroque, rock, jazz et musiques du monde, formations réputées ou plus modestes équipages, voilà l’habituel Who’s Who de la Fête de la musique. Et pour cause, nombre d’artistes ici présents devaient y jouer cette année. Tandis que les autres étaient attendus à Musiques en été, également annulé. L’un dans l’autre, cela met encore en appétit. Parmi les têtes d’affiche, notons la participation de l’Orchestre de chambre de Genève (7 août), également de l’ensemble de musique contemporaine Eklekto (20 août). Tous deux au Victoria Hall, entre autres moments classiques. On fête cette année les 250 ans de la naissance de Ludwig Van Beethoven? Le compositeur allemand sera célébré dans la cour du Musée d’art et d’histoire, tous les vendredis à 16 h, dans une série de concerts de musique de chambre avec, entre autres, le Quatuor Terpsycordes (24 juillet).

Du classique, il y en aura aussi à l’Alhambra, avec l’ensemble baroque vocal Gli Angeli (17 juillet). Mais le bel écrin du centre-ville se prête à tous les styles, de l’avant-garde fulgurante de l’Ensemble Batida (13 juillet) à la nouvelle garde du jazz genevois, Léo Phal Quintet (28 juillet) et Louis Matute Quartet (11 août). Les jeunes loups ne sauraient faire oublier leurs aînés, en l’occurrence la pianiste Florence Melnotte, en solo (18 août). Quant aux musiques du monde, il en sera question au Musée Ariana, huit rendez-vous en «nocturne», chaque jeudi à 19 h 30.

«En mettant sur pied de tels concerts, nous pourrons éprouver les meilleures solutions pour une situation qui va perdurer à la rentrée»

Laurent Marty, coordinateur de «Cet été, c’est concerts»

Et le rock? Et les décibels? Le gros des troupes de cet été musical retrouvé se rendra en force aux Conservatoire et Jardin botaniques. Une scène y sera installée en plein air, sur la pelouse à deux pas de la mare aux canards – seize prestations amplifiées au total. L’Éclair, Makala, Cyril Cyril, Christophe Calpini seront notamment de la partie. Enfin, The Young Gods, fameux trio mêlant au chant incantatoire le fracas des machines – trente-cinq ans de carrière – achèvera en beauté ce périple estival le 28 août.

«Cet été, c’est concerts!» du 6 juillet au 28 août, divers lieux. Gratuit mais réservation obligatoire sur concerts-ete2020.ch