Passer au contenu principal

SuisseRuag compte supprimer jusqu’à 150 emplois d’ici la fin 2021

La crise du Covid-19 a assommé le groupe bernois qui perd actuellement 3 millions de francs par mois.

Keystone

Confronté à une chute de plus de 30% des revenus dans le secteur des structures aéronautiques et à une dégringolade des bénéfices avant intérêts et impôts (Ebit), après sept mois de crise pandémique, Ruag entend faire des économies et supprimer jusqu’à 150 emplois d’ici la fin de l’année prochaine, selon un communiqué paru lundi.

Le communiqué précise que le groupe bernois perd actuellement près de 3 millions de francs par mois, mais qu’il entrevoit une lueur d’espoir avec l’augmentation de 5% des entrées de commandes par rapport à l’année dernière, et même un bond de 10% en prenant en considération les désinvestissements en 2019.

Selon Urs Kiener, le directeur général par intérim, «le niveau d’avant la crise dans le secteur de l’aviation ne sera probablement pas retrouvé avant 2024/25 au plus tôt. Au vu de ce sombre pronostic, nous devons maintenant amorcer une transformation profonde afin d’assurer durablement notre viabilité future.»

«Avec grand regret»

Ruag indique aussi que parmi les nombreux pays où le groupe est actif, la Suisse est la plus durement touchée, un plan social est prévu.

La décision a été accueillie «avec grand regret», selon une réaction des syndicats et des représentants des travailleurs. Cette deuxième vague de suppressions d’emplois depuis février 2020 frappe durement la Suisse en tant que centre économique. Elle est la conséquence directe de la décision du Conseil fédéral de scinder Ruag et de la privatiser.

Le Conseil fédéral et les employeurs sont invités à assumer leur responsabilité sociale et à empêcher les suppressions d’emplois. Ils demandent également à être informés de manière ouverte et transparente sur le processus en cours.

ATS/NXP