Passer au contenu principal

Santé mentaleUne campagne d'information expliquera la Schizophrénie

Le canton de Fribourg participe aux 10es Journées de la schizophrénie. Celles-ci se tiennent sur plusieurs sites dans les cantons romands du 15 au 24 mars.

La schizophrénie touche 1 personne sur 100 en Suisse.
La schizophrénie touche 1 personne sur 100 en Suisse.
DR

Les différents programmes gravitent autour d'un thème central: «La schizophrénie se soigne!».

Le principal objectif est de déstigmatiser la maladie, a expliqué lundi devant la presse la directrice cantonale de la santé Anne-Claude Demierre. Il s'agit d'une maladie mal connue, qui, souvent, fait peur.

Elle est victime des idées reçues véhiculées par les romans et le cinéma, sur le schéma Dr Jekyll et Mr Hyde. Or la schizophrénie est une maladie complexe, dont les symptômes sont multiples et qui se manifeste différemment selon la personne touchée.

Maladie complexe

C'est pourquoi les médecins n'aiment pas parler de schizophrénie mais de troubles schizophréniques, afin d'en souligner la diversité, a expliqué Jaroslaw Lipiec, médecin auprès du Réseau fribourgeois de santé mentale (RFSM).

Le plus souvent, les patients souffrent de troubles de l'identité, d'une distorsion de la capacité de jugement et de la réalité. Ils présentent des troubles de mémoire et de concentration. Ces symptômes entraînent des difficultés relationnelles et sont à l'origine d'un isolement social et d'une grande difficulté à rester dans le monde professionnel.

Plus on laisse une personne dans sa détresse, plus le cerveau s'adapte à la situation, plus il est difficile de l'en sortir, a expliqué de son côté le professeur Marco Merlo du RFSM. D'où l'importance d'une prise en charge la plus précoce possible et l'intervention de consultation ambulatoire, si possible mobile.

Consultations mobiles

Faute de moyens, Fribourg n'a pas encore de cellules d'intervention mobiles, qui ont fait leurs preuves dans le canton de Vaud. Mais Anne-Claude Demierre ne renonce pas à pouvoir en mettre sur pied.

La maladie, dont les intervenants n'ont pas caché qu'il s'agit de troubles lourds, nécessite une prise en charge médicale psychothérapeutique et sociale. Souvent cachée, mal connue, elle n'est pas si rare. Elle touche 1 personne sur 100.

Un sondage M.I.S. Trend, réalisé en novembre 2012 en Suisse romande, montre que des représentations divergentes et contradictoires de la schizophrénie circulent dans la société: ainsi, environ 42% de la population pensent que la maladie ne se soigne pas bien, tandis que 49% estiment que les personnes souffrant de cette maladie peuvent travailler tout à fait normalement.

Des livres - 20 romans

Dans le canton de Fribourg, les Journées commencent le 15 mars avec la projection du film «Avanti» d'Emmanuelle Antille, à Bulle. Il sera projeté dans toute la Suisse romande. Un débat suivra chaque séance.

Des rencontres seront organisées autour de stands. En collaboration avec les Librairies Payot, une série de romans évoquant les folies ordinaires et extraordinaires sera proposée dans tous les magasins Payot de Suisse romande. Une journée scientifique sera organisée au CHUV, à Lausanne, le 19 mars.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.