Passer au contenu principal

FranceUn traitement préventif contre le sida à l'essai

Un traitement préventif contre une éventuelle contamination par le virus du sida va être testé en France.

Avec l'essai Iprex mené principalement en Amérique du Sud et en Thaïlande, le risque de contamination par le VIH diminuait en moyenne de 44% sous l'antirétroviral oral Truvada quotidien.
Avec l'essai Iprex mené principalement en Amérique du Sud et en Thaïlande, le risque de contamination par le VIH diminuait en moyenne de 44% sous l'antirétroviral oral Truvada quotidien.
Keystone

Cet essai regroupera 300 volontaires, des gays séronégatifs, qui devront prendre un traitement avant et après des rapports sexuels.

«Tout doit être fait pour diminuer le nombre de nouvelles contaminations par le VIH dans les populations les plus exposées», explique le professeur Jean-Michel Molina, responsable scientifique de l'essai présenté mercredi. Cet essai est lancé par l'Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS).

La moitié recevra un placebo et l'autre un antirétroviral oral le Truvada, une combinaison de deux produits (Ténofovir FTC). La seule autre étude d'efficacité du traitement pré-exposition chez des gays séronégatifs (essai Iprex) a été menée principalement en Amérique du Sud et en Thaïlande.

Résultats corrects

Si la phase pilote réussit, une deuxième phase sera lancée avec 1900 participants, incluant les 300 premiers. Les comprimés ne remplacent pas la prévention: notamment le dépistage régulier des infections sexuellement transmissibles et l'usage du préservatif.

L'association AIDES est partenaire de l'essai. Les médicaments sont fournis par le laboratoire de biotechnologies américain Gilead Sciences. Les traitements antirétroviraux ont démontré depuis 1996 leur capacité à réduire la mortalité et à traiter les séropositifs, même s'ils n'apportent pas la guérison.

Avec l'essai Iprex mené principalement en Amérique du Sud et en Thaïlande, le risque de contamination diminuait en moyenne de 44% sous Truvada quotidien. De meilleurs résultats étaient obtenus quand ce traitement était pris régulièrement.

En 2010, selon l'INVS (Veille sanitaire), parmi les 6300 nouveaux cas de VIH diagnostiqués dans l'année en France, 40 % sont des homosexuels.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.