Des escargots géants envahissent la Floride

Etats-UnisLa péninsule américaine tente de contrer l'invasion rampante d'une espèce particulièrement prolifique. Les animaux menacent l'agriculture.

L'escargot géant d'Afrique a envahi la Floride pour la deuxième fois depuis 50 ans.

L'escargot géant d'Afrique a envahi la Floride pour la deuxième fois depuis 50 ans. Image: Archives/Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il peut atteindre la taille d'une basket, dévore des centaines de types de plantes et peut être dangereux si on le mange... C'est l'escargot géant d'Afrique. Et il envahit une partie de la Floride pour la deuxième fois en 50 ans.

L'éliminer n'est pas simple et prend du temps. Depuis la découverte du gastéropode glouton à Miami en 2011, la Floride a déjà dépensé 11 millions de dollars pour éradiquer la bête.

Malgré ces efforts, l'escargot a tracé sa route visqueuse jusque dans la banlieue sud de Miami mais aussi dans le comté voisin au nord de la ville.

Un animal curieux et prolifique

Ces mollusques se reproduisent en masse. Ils sont hermaphrodites et pondent jusqu'à 1.200 œufs par individu et par an.

Ils ont aussi su échapper aux boulettes de poison -- qui les tuent dans 95 à 100% des cas -- en grimpant aux arbres, explique Mary Yong Cong, une scientifique du ministère de l'Agriculture de Floride, qui pour mieux comprendre et connaître l'ennemi, en garde quelques spécimens dans son bureau.

«Ils sont très curieux», commente-t-elle en observant l'escargot occupant toute la paume de sa main pendant qu'il tend ses cornes en direction de son interlocuteur.

Importants moyens mis en œuvre

Ces escargots hibernent aussi sous terre, ce qui les rend difficiles à repérer. Lors de la dernière invasion en 1966, il avait fallu près de dix ans pour en venir à bout.

Pour tenter de gagner la guerre, les autorités ont mis en place un numéro de téléphone rouge où l'on peut signaler une rencontre avec l'animal. Une équipe, protégée par des gants et armée de râteaux, vient alors le récupérer.

Le ministère a aussi lâché les chiens... littéralement. Deux labradors qui se mettent à l'arrêt quand ils détectent les escargots.

Ils sont d'ailleurs moins utilisés pour les pister que pour confirmer que tous ont été tués après une campagne d'éradication chimique, explique Omar Garcia, un des maîtres-chiens.

Loin d'être éliminés

Jusqu'à 2014, les responsables de l'éradication pensaient avoir fait des progrès. Mais en septembre 2014, ils ont découvert dans un quartier huppé de Miami une maison pratiquement conquise par les gastéropodes, avec 5.000 spécimens vivant à l'intérieur et dans le jardin. «Un paradis pour les escargots» jamais vu jusque-là, souligne Mary Yong Cong.

Même si 158.000 escargots ont été éliminés ces quatre dernières années, les autorités ne pourront déclarer la Floride libre d'escargot géant que si aucun d'entre eux n'est retrouvé vivant dans la nature pendant une période de deux ans.

Danger pour l'agriculture

L'enjeu est important pour le deuxième Etat agricole des Etats-Unis, après la Californie. Ces escargots, originaires des régions humides de l'Afrique occidentale, dévorent des centaines de plantes y compris des cacahuètes et du melon.

«Ils sont un danger pour les humains et l'agriculture en Floride. Nous ne pouvons pas les laisser se reproduire», explique Mark Fagan, le porte-parole du ministère de l'Agriculture de Floride.

Le secteur pèse une centaine de milliards de dollars dans l'économie de cet Etat et représente des dizaines de milliers d'emplois.

Les escargots géants peuvent aussi véhiculer un parasite qui peut donner une forme rare de méningite aux humains, même si pour l'heure personne ne semble avoir été infecté.

Origine de l'invasion inconnue

Le mystère pour l'heure demeure entier sur l'origine de cette deuxième invasion. Certains montrent du doigt une religion des Caraïbes, la santeria, qui fait appel à des escargots pour certains rituels. Mais Ernesto Pichardo, un expert et pratiquant, réfute toute responsabilité, soulignant que la santeria se contente des espèces locales.

Une autre piste pourrait être les pratiques religieuses liées au groupe ethnique africain des Yorubas. Selon Ernesto Pichardo, les adeptes boivent le mucus de ces escargots géants à la recherche d'une guérison spirituelle.

Mais il n'y a pas de preuves formelles et l'interdiction d'importer les escargots géants incite les pratiquants à la plus grande discrétion. (afp/nxp)

Créé: 31.07.2015, 08h39

Articles en relation

Flakka, la nouvelle drogue qui fait des ravages en Floride

Addiction Plusieurs dizaines de personnes sont mortes en Floride depuis l'apparition d'une nouvelle substance addictive et dangereuse. Plus...

La disparition des abeilles pourrait causer des millions de morts

Environnement Selon un scénario d'élimination complète des pollinisateurs, 71 millions de personnes dans les pays à faibles revenus pourraient se retrouver carencées en vitamine A. Plus...

Aux USA, la pluie et la montée des océans amplifient les tempêtes

Climat Depuis un siècle, les ouragans sont plus fréquents à cause de la combinaison entre des précipitations abondantes et les élévations océaniques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Maintes fois reportée, l'ouverture d'Aquatis aura lieu finalement fin octobre. En attendant, les prix qui seront pratiqués alimentent déjà les discussions sur Internet.
(Image: Bénédicte) Plus...