Passer au contenu principal

Vu du ciel, ou presqueS’asseoir sur une balançoire pour contempler le paysage

Pour faire découvrir les beautés de leur région, deux jeunes Tessinois ont créé puis installé des balançoires dans des emplacements clés. Leur dispositif rencontre un tel succès que d’autres cantons s’y intéressent.

Swing the World

Le semi-confinement aura permis à de nombreux créatifs d’aller au bout de leurs idées. Ce fût du moins le cas pour Elisa Cappelletti et Fabio Balassi, deux Tessinois de 24 et 28 ans passionnés par les beautés de leur canton et habiles de leurs mains.

«L’idée est née durant le lockdown, explique la jeune femme. Fabio se souvenait de la balançoire de son jardin sur laquelle il s’amusait beaucoup quand il était petit.» Plutôt que de ne rien faire, ils se mettent en tête d’en fabriquer une de leurs propres mains. Et une fois celle-ci terminée, ils se sont dit qu’ils n’allaient pas être les seuls à en profiter.

«Nos balançoires peuvent être utilisées par tout le monde, dès l’âge de 10 ans.»

Elisa Cappelletti, Swing the World

«Nos balançoires peuvent être utilisées par tout le monde, dès l’âge de 10 ans, précisent les Tessinois. Elles permettent aux usagers de vider leur esprit, de se laisser aller et de profiter tout simplement des paysages.»

Réalisées entièrement à la main dans des matériaux de la région qui résistent aux variations climatiques des saisons, les balançoires de Swing the World sont pour le moment installées dans huit différents emplacements – panoramas, petits villages ou attractions naturelles – du Tessin. Des spots qui comptent également parmi les plus «instagrammés» du canton latin.

«Nous n’avons pas encore reçu de demande du canton de Vaud, on espère que ça viendra!»

Elisa Cappelletti, Swing the World

«Nous avons reçu d’autres demandes en provenance du Tessin, des Grisons et de Suisse allemande, apprend Elisa Cappelletti. Tous nous proposent d’installer nos balançoires dans plusieurs endroits spécifiques de leur canton. En Romandie, nous n’avons pour le moment aucun emplacement, mais on espère que ça viendra!»

2 commentaires
    Mendriziotto

    Et un paysage à couper le souffle, chez moi, Pas d'écologie mais des idées