La 5G, ça va servir à quoi ?

TechnologiesEn cours d'introduction en Suisse, les nouveaux débits de données mobiles promettent une révolution à terme, et pas seulement pour le consommateur lambda.

La 5G: êtes-vous pour ou contre?
Vidéo: Fabien Grenon

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Commission fédérale de la communication a attribué début février les nouvelles concessions de fréquences 5G aux principaux opérateurs en lice: Swisscom, Salt et Sunrise. Pour la Confédération, c'est une recette de 379,3 millions de francs.

Tout ça pour quoi ? La 5G, c'est selon ses partisans la véritable étape de la transition numérique. Un pas vers l'internet des objets. Ces fréquences, des blocs situés dans la bande de 700 MHz, 1400 et 3500 MHz, forment des ondes plus courtes et rapides. En somme des flux particulièrement propices à une transmission de données largement supérieure. En théorie, la 5G pourrait apporter des débits 100 fois plus rapides que la 4G actuelle. En théorie.

En Suisse, Swisscom annonce pour l'heure des débits allant jusqu'au double de la meilleure technologie 4G, voire des vitesses allant jusqu'à 3 Gbit/s. À titre de comparaison, une fibre optique fraîchement installée dans votre appartement vous offre actuellement des débits de 0,5 à 1 Gbit/s.

Pourquoi la 5G suisse n'apporte-t-elle pas plus ? Parce que les géants de la communication attendent encore d'autres fréquences (les fameuses ondes millimétriques) ainsi que l'adaptation du réseau avec des antennes et installations supplémentaires: démanteler la 2G pour gagner de l'espace de fréquences, ainsi que monter 15'000 antennes supplémentaires pour couvrir le territoire suisse, en diffusant ces ondes plus hautes mais plus courtes, et ce en respectant les normes actuelles que les opérateurs pointent du doigt.

Bref. De quoi augmenter les débits pour le consommateur. Une téléphonie mobile améliorée, un temps de réaction d'une poignée de millisecondes avec les relais, des hauts débits, de la réalité virtuelle, etc. Il faut imaginer de meilleures vidéos, de meilleurs accès au Cloud et aux réseaux.

En réalité, la véritable révolution est attendue pour plus tard. Répandre sur tout le territoire des capacités de réseaux à la hauteur des espoirs des promoteurs de la 5G, c'est ouvrir la porte aux interconnections permanentes entre les objets, entre eux et vers un terminal de base par exemple. Concrètement ? On promet des flottes intelligentes de véhicules ou autres objets mobiles. De nouveaux systèmes de gestion de logistiques ou des stocks (votre frigo, le stockage de vos magasins), des débouchés pour l'agriculture, l’électroménager, et les vêtements. C'est aussi des débouchés médicaux, avec plus d'échanges de données biométriques avec votre praticien. Une véritable veille en temps réel et à distance des patients.

En face, l'inquiétude citoyenne est toutefois réelle. «On se dirige vers une suppression des rapports humains» ou «nous serons surveillés en permanence par des États ou des multinationales» ne sont que quelques exemples de phrases lancées jeudi soir, dans une assemblée de militants à Yverdon: «Mais nous, ils ne nous prendront jamais. Il faut se révolter.»

Créé: 29.03.2019, 10h50

Articles en relation

Sunrise vire en tête dans la 5G pour le réseau fixe

Télécoms L’opérateur installera la 5G dans 150 localités dès mars. Swisscom suivra de près, et Salt en automne. Plus...

Les opérateurs suisses s'étripent pour la 5G

Télécoms Les rumeurs de fusion entre Sunrise et UPC se multiplient pour faire face à des centaines de millions de francs d'investissement. Plus...

«Je trouve qu'on n'a pas assez de recul scientifique sur la 5G»

Vidéo La nouvelle technologie de téléphonie mobile 5G qui débarque en Suisse fait débat. Êtes-vous pour ou contre? Notre micro-trottoir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.