«Dans le domaine de l’urologie, on a fait le tournant de la robotique»

SantéLe robot da Vinci permet aux médecins des gestes très précis et aux patients de récupérer plus rapidement. Neuf appareils sont opérationnels en Suisse romande.

Le robot da Vinci permet aux médecins des gestes très précis.

Le robot da Vinci permet aux médecins des gestes très précis. Image: florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Dans le domaine de l’urologie, on a maintenant clairement fait le tournant de la robotique», affirme le Dr Julien Schwartz. Le spécialiste lausannois a commencé en 2009 à utiliser le robot da Vinci – pour l’heure sans véritable concurrence, même s’il existe d’autres robots médicaux – aux Hôpitaux universitaires de Genève, pionniers en Suisse romande. On compte aujourd’hui neuf appareils sur le territoire romand: cinq à Genève, un à Nyon, deux à Lausanne (Clinique Cecil et Clinique de La Source, où le robot est aussi utilisé par le CHUV) et un en Valais.

«Les interventions en lien avec les cancers de la prostate et du rein, et désormais aussi très souvent de la vessie, sont aujourd’hui le plus fréquemment effectuées avec l’aide du robot da Vinci. De même, d’autres opérations non oncologiques, par exemple une descente de vessie ou des interventions sur l’uretère (ndlr: qui relie la vessie aux reins)», expliquent les Dr Laurence Bastien, Cédric Treuthardt et Julien Schwartz. Les trois urologues seront les orateurs de la prochaine conférence médicale organisée par «24 heures» et le groupe Hirslanden*.

«Des gestes plus ciblés»

Da Vinci n’est pas utilisé seulement en urologie. «Mais c’est dans la chirurgie de l’appareil urinaire que les avantages du robot ont été le plus clairement démontrés», affirment les spécialistes. Ils rappellent qu’il n’effectue pas l’intervention à la place du chirurgien, mais l’accompagne. «C’est un outil qui nous aide à effectuer des gestes plus ciblés. Nous pouvons opérer avec une grande précision, grâce à la vision en 3D et le guidage de nos mouvements par la machine et ses bras robotisés sur lesquels sont fixés les instruments chirurgicaux. Nous gagnons en dextérité. Mais les premiers bénéficiaires sont les patients, qui ont moins de douleurs postopératoires et récupèrent beaucoup plus vite.» La durée de l’intervention a aussi beaucoup diminué alors qu’elle était au début nettement plus longue que la chirurgie classique.

Sur le plan oncologique et fonctionnel, les deux approches ont les mêmes résultats. Elles sont également remboursées par l’assurance-maladie. Dans les deux cas, la prise en charge est personnalisée, chaque cas est évalué par une équipe pluridisciplinaire (tumor board), qui valide l’opération et le suivi postopératoire. «L’intervention avec le robot est plus chère, mais en contrepartie le patient reste moins longtemps hospitalisé», relèvent les médecins.

Aujourd’hui les jeunes médecins sont d’emblée formés en chirurgie robotique. Ils s’initient au maniement du robot avec des collègues expérimentés. L’entreprise américaine qui a mis au point la technologie (lire encadré) a développé avec les hôpitaux un programme qui aide les médecins à acquérir les compétences nécessaires. La firme gère aussi cinq centres de formation en Europe (deux en France, deux en Allemagne et un en Belgique).

Créé: 29.05.2019, 11h40

Da Vinci

Aubonne abrite le siège européen du fabricant

L’entreprise américaine Intuitive Surgical, Inc. basée à Sunnyvale, dans la Silicon Valley californienne, est présente en Suisse depuis 2007, à Aubonne où elle a installé son siège européen.

Elle emploie plus de 4000 professionnels à travers le monde (près de 300 en Europe, parmi lesquels une centaine en Suisse). En 2017, Intuitive a marqué ses 10 ans dans notre pays par l’extension de son site, constitué de deux bâtiments situés au sud de la zone industrielle de l’Ouriette.

La Suisse abrite plus de 35 systèmes chirurgicaux da Vinci, présents par ailleurs dans 65 pays. Lancé il y a vingt ans, en 1999, da Vinci est le premier système chirurgical robot-assisté autorisé par la Food and Drug Administration (FDA) américaine pour la chirurgie laparoscopique générale.

L’urologie est le domaine médical dans lequel da Vinci est le plus utilisé mais il l’est aussi en gynécologie, en chirurgie générale, viscérale, thoracique et cardiaque.

Il existe cinq modèles de systèmes de robot-assisté. Le coût moyen d’une machine peut varier de 850'000 fr. à 2 millions selon l’ampleur des solutions et services associés souhaités par l’acheteur (formation, assistance, analyse de données, etc.).

Infos pratiques

*Révolution robotique en urologie: mythe ou réalité?

Conférence médicale avec les Drs Laurence Bastien, Julien Schwarz et Cédric Treuthardt, urologues.
Mercredi 5 juin 2019, 20h
Hôtel Alpha Palmiers
Lausanne

Entrée libre

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...