Treize minutes pour valoriser une idée neuve

SavoirLe concept américain des conférences TED en public fait des petits en Suisse romande.

La vidéo de la présentation de Xenia Tchoumitcheva, l’année dernière à TEDxMartigny, sur «Comment vaincre les préjugés grâce à Internet», a été visionnée plus de 18'500 fois.

La vidéo de la présentation de Xenia Tchoumitcheva, l’année dernière à TEDxMartigny, sur «Comment vaincre les préjugés grâce à Internet», a été visionnée plus de 18'500 fois. Image: TEDXMARTIGNY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vendredi à Martigny, ils seront 300 à s’imprégner des idées novatrices de neuf conférenciers venus partager leurs expériences autour du thème du «changement et mouvement». Sur la scène de l’Hôtel Vatel, journaliste, sportif, scientifique, chercheur ou artiste auront moins de 18 minutes à disposition pour transmettre leur expérience et leur réflexion sur le monde. La conférence TEDx de la cité valaisanne a vite affiché complet, comme la majorité de ces événements inventés aux Etats-Unis il y a plus de trente ans et qui se déclinent aujourd’hui dans toutes les villes du monde.

Les TED – Technology, Entertainement, Design – réunissaient à leurs débuts un think tank de têtes pensantes installées en Californie et déterminées à mélanger les disciplines pour augmenter le foisonnement d’idées nouvelles. Réservés initialement à un public trié sur le volet, les événements se sont démocratisés dès 2007 avec le partage sur Internet des vidéos des orateurs.

Celle de l’expert anglais Ken Robinson, par exemple, sur «En quoi l’école tue la créativité», a battu tous les records avec 100 millions de vues. «Le format court des présentations doit captiver l’attention du public, donner une étincelle, explique Johann Roduit, organisateur du TEDx Martigny. Ces conférences visent l’interdisciplinarité. C’est pourquoi les thèmes sont très vastes.»

Depuis 2008, l’association à but non-lucratif TED dispense des licences pour décliner le concept à l’échelle locale. Ces derniers sont baptisés TEDx. Chaque organisateur a un cahier des charges très strict à respecter pour remplir les conditions générales de la maison mère. «Seules quelques demandes sont acceptées», ajoute Johann Roduit. En Suisse, Genève a été la première à se lancer, suivie de Zurich, de Lausanne, de Berne, etc. Quelque 126 événements ont déjà vu le jour. Martigny en est à sa 5e édition. Et la fréquentation n’a cessé d’augmenter. «De 100 personnes en 2012, nous en avons 300 cette année. C’est la capacité de la salle qui a limité le nombre de participants», précise l’organisateur. A Lausanne, l’Ecole hôtelière organise son événement le 18 octobre sur le thème des origines et voit grand puisqu’elle s’apprête à recevoir jusqu’à 600 participants. Son organisateur, Elie Vischel, étudiant en dernière année, y consacre tout son temps.

Deux événements à Lausanne

Ce type de manifestation nécessite plusieurs mois de préparation, entre la sélection des orateurs (lire ci-contre) et le coaching qui leur est dispensé afin que leur présentation de 13 minutes en moyenne soit percutante. «Les conférenciers ne sont pas invités pour faire leur autopromotion ou vendre quelque chose», note Ashley Puckett, en charge du TEDx LausanneWoman 2016, qui aura lieu le 27 octobre au Casino de Montbenon. Afin de mettre en avant la présence des femmes parmi les orateurs, cette déclinaison TED est uniquement composée de conférencières.

«A travers des histoires ordinaires, on rencontre des gens extraordinaires. C’est un endroit idéal pour faire du networking. Entre les présentations, le public peut discuter. Les gens ne sont pas là pour dire ce qu’ils font dans la vie, mais pour partager des idées», s’enthousiasme l’organisatrice américaine.

Les conférences s’autofinancent grâce aux billets d’entrée (entre 50 fr. et 60 fr.) et à des sponsors. Selon la taille, le budget oscille entre 8000 fr. et 60'000 fr. «Les organisateurs et les orateurs ne sont pas payés», précise Elie Vischel. A chaque lieu, sa langue. Les échanges se feront en français à Martigny, et en anglais à l’Ecole hôtelière et au TEDx LausanneWoman. «Nos vidéos seront par contre sous-titrées», précise Ashley Puckett, qui espère attirer un public aussi diversifié cette année que lors de la précédente édition. (24 heures)

Créé: 07.09.2016, 19h55

Les conférences

TEDxMartigny


Au programme de cette 5e édition sur les «changements et mouvements», avec l’alpiniste Andrea Zimmermann, le navigateur Alan Roura ou encore la vigneronne Marie-Thérèse Chappaz.
Ve 9 sept. (complet), www.tedxmartigny.com



TEDxEHL


L’Ecole hôtelière de Lausanne accueillera le violoniste Pierre Amoyal, l’entrepreneur Vincent Perriard ou encore le skieur Edgar Grospiron pour échanger sur le thème des origines.
Ma 18 oct. (14h-19h30), www.tedxehl.vischel.eu



TEDxLausanneWoman

La conférence entièrement présentée par des femmes sur le thème du temps accueillera, entre autres, Clarissa Ward, correspondante pour CNN, Stephanie Case, avocate des droits humains, et les artistes du duo We are the XX.
Je 27 oct. (18h30-21h30), www.tedxlausanne.com

L’expérience de l’Everest

Témoignage Andrea Zimmermann, avocate spécialisée dans le droit du sport et alpiniste chevronnée, donnera sa première conférence TED demain à Martigny. «Ce concept américain n’est pas très connu chez nous, mais je le trouve intéressant. En Suisse, on a un petit côté à ne pas se mettre trop en avant. J’aime transmettre et je me rends compte que 13 minutes, c’est court pour partager mon message. L’Everest sera au cœur de mon discours (Andrea Zimmermann est la neuvième Suissesse à l’avoir gravi), un objectif que j’ai atteint en empruntant les chemins de traverse.» L’alpiniste a été coachée par les organisateurs pour affûter son texte et a eu droit à trois répétitions. Celle qui voulait d’abord faire partie du public se retrouvera finalement sur scène.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 21 mars 2019.
(Image: Bénédicte ) Plus...