Un patch de l'EPFL libère le patient de ses câbles

SantéLa spin off Smartcardia, issue de l'EPFL a développé un patch qui se colle sur la poitrine du patient et qui permet au médecin de surveiller ses données à distance.

Principal avantage du système, le patch, collé sur la poitrine, évite au patient de prendre garde à tous les câbles dès qu'il bouge.

Principal avantage du système, le patch, collé sur la poitrine, évite au patient de prendre garde à tous les câbles dès qu'il bouge. Image: Smartcardia

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C'en est fini de tous ces câbles reliant le patient à un moniteur de contrôle des paramètres vitaux. Des capteurs sans fil dans un simple patch collé sur sa poitrine permettent désormais au médecin de surveiller les données à distance.

Ce patch d'une vingtaine de centimètres carrés a été développé par une jeune pousse de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Il arrive sur le marché ces jours après avoir récemment obtenu le label de dispositif médical conforme aux normes européennes (CE), grâce à des tests sur plusieurs centaines de patients dans plusieurs hôpitaux, indique vendredi la spin off Smartcardia dans un communiqué.

Principal avantage du système, il évite au patient de prendre garde à tous les câbles dès qu'il bouge. Grâce à une connexion internet, les données peuvent être consultées à distance et en temps réel par les professionnels de la santé, sur leur montre intelligente ou leur téléphone par exemple. Une application spécifique a été développée à cet usage, précise ses inventeurs.

A domicile

Après son usage hospitalier, le dispositif pourrait accompagner le patient à son domicile, permettant au médecin de suivre son évolution. Ce dernier pourrait alors diagnostiquer rapidement et à distance une aggravation des symptômes de patients souffrant d'une maladie chronique.

La surveillance à domicile constitue l'une des nouvelles frontières majeures de la santé, estime Tiziano Cassina, responsable des soins intensifs de la Fondazione Cardiocentro Ticino. «C'est une manière d'éviter des complications, et aussi de rassurer des patients qui vivent sous une épée de Damoclès», ajoute Francisco Rincón, l'un des deux concepteurs du nouveau dispositif.

En plus de son usage pratique et du confort qu'il apporte, le patch permettra d'éviter des hospitalisations. Les patients bénéficieront d'une prise en charge précoce.

Concurrence

Si la fabrication du dispositif a désormais commencé et sa commercialisation est en cours en Suisse et dans l'UE, la spin off de l'EPFL a dû franchir bien des écueils. Divers groupes de recherche privés et publics se penchent depuis longtemps déjà sur la fabrication de capteurs sans fils suffisamment fiables pour le suivi de patients dont la vie est en danger.

D?après Srinivasan Murali, CEO de la start-up, son dispositif est cependant le premier à avoir atteint un niveau de performance suffisant pour remplacer les moniteurs actuels. Il est le fruit de plusieurs années de recherche à l'EPFL, où des algorithmes complexes ont été développés pour éliminer efficacement les signaux parasites issus des mouvements de la personne.

Des données extrêmement précises sur l'électrocardiogramme, le pouls, la pression artérielle, le taux d?oxygène dans le sang, la température et le rythme cardiaque ont ainsi été obtenues.

L'avenir se prépare

La start-up ne s'arrête pas là. Elle développe également un système pour déclencher une alerte préventive en prévoyant un problème de santé. Grâce à l'intelligence artificielle et au big data, le but est de donner au personnel soignant une alerte sur l'état de santé d'un patient avant qu'un phénomène grave se produise, explique la start-up.

La plate-forme est prévue pour détecter de légères modifications des signes vitaux, les connecter entre eux et les comparer aux modèles existants. Un système de prédiction aussi complet, basé sur les paramètres vitaux importants, n?existe pas encore sur le marché, souligne Srinivasan Murali. Des tests cliniques à large échelle sur plus de 2000 patients sont actuellement en cours. (ats/nxp)

Créé: 09.03.2018, 11h49

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.