Une femme médecin traite mieux l'infarctus féminin

Etats-UnisUne patiente qui a fait un infarctus a plus de chances de survie si elle est traitée par un médecin femme, selon une étude aux USA.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une femme faisant un malaise cardiaque aux Etats-Unis a davantage de chances de survie si son médecin-urgentiste est une femme, car ses symptômes diffèrent de ceux des hommes. Les médecins masculins ont des difficultés à traiter des patientes, selon une étude.

Des chercheurs de l'université de Harvard se sont appuyés sur plus de 500'000 cas de personnes admises en urgence à l'hôpital pour un infarctus du myocarde aigu en Floride entre 1991 et 2010. Ils ont constaté une différence «saisissante» en matière de survie lorsque le genre du patient et de son médecin est semblable ou non.

En l'occurrence, lorsqu'une femme était prise en charge par un médecin féminin, «il y a avait un effet important et positif sur la survie», selon les conclusions publiées lundi dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Près de 12% des patients meurent après avoir été traités en urgence pour une crise cardiaque. Mais associer une patiente avec un médecin féminin a «réduit la probabilité de décès de 5,4% par rapport à cette référence».

Symptômes différents

De précédentes études avaient montré que les femmes étaient davantage susceptibles de succomber à une crise cardiaque que les hommes. La raison à cette disparité? Certains experts ont suggéré que c'est parce que les symptômes des femmes sont différents de ceux ressentis par les hommes, ou qu'elles ont tendance à attendre davantage que les hommes avant de se faire soigner.

Mais l'étude de Harvard avance une nouvelle explication: «La plupart des médecins sont des hommes et les médecins masculins ont des difficultés à soigner les patientes». Ils ont déterminé que plus un médecin masculin avait soigné de femmes au cours de sa carrière, moins ses patientes étaient susceptibles de trépasser.

Mais attendre qu'un médecin acquière assez d'expérience en la matière, c'est risquer la vie de ses patientes en attendant, ont souligné les chercheurs. Le problème est que la plupart des médecins sont des hommes, donc associer patientes et femmes médecins n'est pas une solution facile à mettre en pratique, selon eux.

«Etant donné le coût (humain) de l'apprentissage des médecins masculins sur le tas, il pourrait être plus efficace d'augmenter la présence de médecins femmes» dans les services d'urgence, ont-ils suggéré. (ats/nxp)

Créé: 07.08.2018, 08h04

Articles en relation

Moins d'infarctus grâce au sauna en Finlande

Santé Se rendre régulièrement au sauna, comme le font les Finlandais, réduirait les risques d'infarctus, rapporte une étude mercredi. Plus...

Infarctus à répétition chez les anciens cyclistes

Belgique Les deux champions belges Jean-Luc Vandenbroucke et Lucien Van Impe ont tous deux été victimes d'un infarctus à quelques jours d'intervalle. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.