Un peu d'alcool enceinte: les effets peu connus

SantéIl existe peu de données scientifiques pour établir quels sont les risques d'une faible consommation d'alcool pendant la grossesse, reconnaît une étude publiée mardi.

Une Américaine chez le médecin. (Image d'illustration)

Une Américaine chez le médecin. (Image d'illustration) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les chercheurs ont défini comme relevant d'une «faible consommation» l'ingestion de 32 grammes maximum d'alcool pur par semaine, soit quatre unités d'alcool par semaine telles que définies au Royaume-Uni (environ trois à quatre verres de vin). Les dangers pour le foetus ou l'enfant à naître d'une consommation modérée ou forte d'alcool pendant la grossesse, même de façon ponctuelle, sont avérés: fausses couches, naissance prématurée, malformations, retards de croissance et de développement...

«Nous avons trouvé peu d'éléments permettant de prouver un rôle de cause à effet d'une faible consommation d'alcool pendant la grossesse» pour la plupart des problèmes étudiés chez le foetus ou l'enfant à naître, explique l'équipe de chercheurs britanniques, qui a passé en revue 26 études sur le sujet.

Seuil difficile à établir

Mais on ne sait pas définir en deçà de quel seuil la consommation serait sans danger, ni même dire s'il en existe un, ce qui rend difficile l'élaboration de messages de prévention grand public et «crée de la confusion pour les professionnels de santé et les femmes enceintes», a dit à l'AFP Loubaba Mamluk, chercheuse en épidémiologie à l'université de Bristol et co-auteure de l'étude, publiée dans la revue britannique BMJ Open. «Nous avons été surpris qu'il n'y ait pas plus de recherches sur ce sujet très important», a-t-elle ajouté.

Le Royaume-Uni a renforcé ses recommandations début 2016 et conseille désormais aux femmes enceintes de s'abstenir de toute boisson alcoolisée.

En France, le message des autorités sanitaires est également «Zéro alcool pendant la grossesse», comme le rappelle une nouvelle campagne lancée samedi, à l'occasion de la Journée mondiale de sensibilisation au syndrome d'alcoolisation foetale (SAF), la forme la plus grave de l'exposition prénatale à l'alcool.

Ce message est parfois accusé de véhiculer une forme d'infantilisation et de culpabilisation des femmes et qui considèrent qu'il vaudrait mieux leur exposer l'état des connaissances tel qu'il est. Mais l'absence de preuve en l'état actuel de la recherche ne signifie pas qu'il soit démontré qu'une faible consommation d'alcool est sans danger, disent les auteurs de l'étude. Aussi, le message de prévention doit rester «mieux vaut prévenir que guérir», concluent-ils. (afp/nxp)

Créé: 12.09.2017, 01h41

Articles en relation

L'alcool de retour sur les autoroutes?

Suisse Le Conseil des Etats va se pencher sur l'interdiction de vendre des boissons alcoolisées sur les voies rapides instaurée en 1964. Plus...

Pourquoi la gueule de bois fait toujours plus mal

Alcool En vidéo, les raisons qui expliquent pourquoi, après vingt ans, les lendemains d'hier deviennent toujours plus pénibles. Plus...

Les rats non plus ne sont pas égaux face à l'alcool

Sciences Une étude a prouvé que certains rats montraient un comportement compulsif et persistaient à boire de l'alcool malgré les punitions infligées. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

À défaut d'accord-cadre, Jean-Claude Juncker et Doris Leuthard se sont félicités à Berne de la nouvelle «dynamique positive» entre l'UE et la Suisse, qui débloquera par ailleurs 1,3 milliard pour les pays de l'Est (publié le 24 novembre 2017)
Plus...