Passer au contenu principal

Un antibiotique pour stopper le cancer du sein

Une équipe de scientifiques suisses vient de découvrir un nouvel usage d'un ancien médicament qui pourrait être prometteur pour combattre un cancer virulent.

Le cancer du sein triple négatif frappe surtout les femmes jeunes et progresse très rapidement.
Le cancer du sein triple négatif frappe surtout les femmes jeunes et progresse très rapidement.
Photo d'archives, Keystone

La clofazimine, un antibiotique vieux de 70 ans, permet de stopper la progression du cancer du sein dit «triple négatif». Ce médicament est encore plus efficace lorsqu'il est combiné à la doxorubicine, un médicament chimiothérapeutique classique.

La clofazimine, un antibactérien utilisé pour lutter contre la lèpre, bloque la voie de signalisation cellulaire Wnt, qui est une perturbation du mécanisme cellulaire à l'origine de nombreux cancers. Le médicament agit comme un inhibiteur, avec pour conséquence une interruption de la croissance tumorale. Autre avantage: aucun effet secondaire indésirable n'a été détecté.

Publiés dans le journal Cancer Letters, ces résultats ont été obtenus à partir de tests in vivo sur des modèles animaux de la maladie, par l'équipe de Vladimir Katanaev, du Centre de recherche translationnel en onco-hématologie de la Faculté de médecine de l'Université de Genève, ont indiqué jeudi l'UNIGE et l'Université de Lausanne. En 2014, le professeur avait montré in vitro cet effet.

Gain de temps et d'argent

De nombreux chercheurs à travers le monde réexaminent des médicaments existants à l'aune des nouvelles technologies et méthodologies, afin d'en découvrir des effets inconnus. Les procédures de tests et de mise sur le marché de ces molécules sont alors plus simples, permettant de gagner du temps et d'économiser de l'argent.

Reste que le fait que la clofazimine est dans le domaine public complique la levée de fonds nécessaire à la poursuite des travaux, car aucun brevet ne pourra être déposé, relève le professeur Vladimir Katanaev. La prochaine étape consiste à effectuer des essais cliniques sur des patientes volontaires.

Le cancer du sein triple négatif frappe surtout les femmes jeunes et progresse très rapidement. L'absence de traitement efficace contribue à en faire une maladie extrêmement grave, à l'origine du décès de plus de 200'000 femmes par an dans le monde.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.