Cancer du cerveau: vers un vaccin personnalisé

ScienceLes traitements actuels du glioblastome n'ont que peu d'impact sur l'espérance de vie des patients.

Bonne nouvelle pour un cancer agressif du cerveau. (Photo d'illustration)

Bonne nouvelle pour un cancer agressif du cerveau. (Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un consortium européen avec participation genevoise travaille sur un vaccin thérapeutique personnalisé contre le glioblastome, une forme très agressive de cancer du cerveau qui touche fréquemment les jeunes adultes et les enfants. Un premier essai clinique a donné des résultats prometteurs, publiés dans la revue Nature.

Les traitements actuels du glioblastome n'ont que peu d'impact sur l'espérance de vie des patients. Contrairement à d'autres cancers, où les avancées de l'immunothérapie ont considérablement étendu l'arsenal thérapeutique, les glioblastomes restent particulièrement pernicieux et difficiles à traiter.

Consortium lancé en 2013

Pour renforcer la recherche clinique, les spécialistes européens du domaine ont lancé en 2013 le consortium GAPVAC (Glioma Actively Personalized Vaccine Consortium), financé notamment par l'Union européenne.

«Face au manque de traitements efficaces, nous avons décidé d?unir nos forces», explique mercredi dans un communiqué Pierre-Yves Dietrich, de l'Université de Genève (UNIGE), qui a co-dirigé cette étude avec Wolfgang Wick, de l'Université de Heidelberg (D).

«Notre but est de développer des vaccins personnalisés, à la carte, adaptés aux caractéristiques individuelles de la tumeur et du système immunitaire du patient», ajoute le professeur genevois. Il s'agit d'identifier le «code-barre» de la tumeur et de l'utiliser comme vaccin personnalisé, différent pour chaque patient.

Essai clinique concluant

Quinze patients atteints d'un glioblastome nouvellement diagnostiqué ont reçu successivement deux vaccins thérapeutiques: tout d'abord un vaccin activement personnalisé (APVAC1), suivi du vaccin APVAC2 ciblant de préférence les néo-antigènes, des molécules exprimées uniquement par une tumeur donnée.

Les compositions vaccinales ont été personnalisées pour chaque patient en fonction de l'analyse génomique (la carte d'identité de la tumeur) et peptidique (l'empreinte digitale) des tumeurs de l'individu, ainsi qu'en fonction de la capacité de chaque patient à préparer une réponse immunitaire contre chaque composant du vaccin.

Les patients n'ont pas présenté d'effets secondaires inattendus, démontrant l'innocuité de l'approche. Les deux types de vaccins ont induit des réponses immunitaires intenses, jamais observées jusqu'à présent dans le contexte des tumeurs du cerveau.

Faisabilité démontrée

«Pour la première fois, la faisabilité d'une immunothérapie personnalisée a été démontrée chez le patient. On a ainsi franchi un obstacle important, qui paraissait insurmontable il y a cinq ans et qui ouvre un réel espoir pour le traitement de ces maladies encore dévastatrices», se réjouit Pierre-Yves Dietrich.

Cet essai clinique multicentrique de phase 1 a été mené à Heidelberg (D), Tübingen (D), Genève, Leyde (NL), Copenhague et Barcelone. Ces chercheurs américains, britanniques et israéliens ont également participé à ces travaux. (ats/nxp)

Créé: 19.12.2018, 19h26

Articles en relation

Le cancer: cause no 1 des décès chez les hommes

Santé Pour la première fois en 2016 plus d'hommes sont décédés à cause de cancers que par des maladies cardio-vasculaires. Plus...

Genève inaugure un centre de lutte contre le cancer

Genève Responsable de près de 15 000 victimes par an, le cas du cancer est pris au sérieux au bout du lac, puisqu'un centre de recherche spécialisé a été inauguré ce lundi. Plus...

Le remboursement des anticancéreux sous la loupe

Assurance maladie Le Conseil fédéral veut éviter une inégalité de traitement dans le remboursement par l'assurance maladie de médicaments contre le cancer destinés aux enfants. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.