Passer au contenu principal

Cancer du cerveau: vers un vaccin personnalisé

Les traitements actuels du glioblastome n'ont que peu d'impact sur l'espérance de vie des patients.

Bonne nouvelle pour un cancer agressif du cerveau. (Photo d'illustration)
Bonne nouvelle pour un cancer agressif du cerveau. (Photo d'illustration)
Keystone

Un consortium européen avec participation genevoise travaille sur un vaccin thérapeutique personnalisé contre le glioblastome, une forme très agressive de cancer du cerveau qui touche fréquemment les jeunes adultes et les enfants. Un premier essai clinique a donné des résultats prometteurs, publiés dans la revue Nature.

Les traitements actuels du glioblastome n'ont que peu d'impact sur l'espérance de vie des patients. Contrairement à d'autres cancers, où les avancées de l'immunothérapie ont considérablement étendu l'arsenal thérapeutique, les glioblastomes restent particulièrement pernicieux et difficiles à traiter.

Consortium lancé en 2013

Pour renforcer la recherche clinique, les spécialistes européens du domaine ont lancé en 2013 le consortium GAPVAC (Glioma Actively Personalized Vaccine Consortium), financé notamment par l'Union européenne.

«Face au manque de traitements efficaces, nous avons décidé d?unir nos forces», explique mercredi dans un communiqué Pierre-Yves Dietrich, de l'Université de Genève (UNIGE), qui a co-dirigé cette étude avec Wolfgang Wick, de l'Université de Heidelberg (D).

«Notre but est de développer des vaccins personnalisés, à la carte, adaptés aux caractéristiques individuelles de la tumeur et du système immunitaire du patient», ajoute le professeur genevois. Il s'agit d'identifier le «code-barre» de la tumeur et de l'utiliser comme vaccin personnalisé, différent pour chaque patient.

Essai clinique concluant

Quinze patients atteints d'un glioblastome nouvellement diagnostiqué ont reçu successivement deux vaccins thérapeutiques: tout d'abord un vaccin activement personnalisé (APVAC1), suivi du vaccin APVAC2 ciblant de préférence les néo-antigènes, des molécules exprimées uniquement par une tumeur donnée.

Les compositions vaccinales ont été personnalisées pour chaque patient en fonction de l'analyse génomique (la carte d'identité de la tumeur) et peptidique (l'empreinte digitale) des tumeurs de l'individu, ainsi qu'en fonction de la capacité de chaque patient à préparer une réponse immunitaire contre chaque composant du vaccin.

Les patients n'ont pas présenté d'effets secondaires inattendus, démontrant l'innocuité de l'approche. Les deux types de vaccins ont induit des réponses immunitaires intenses, jamais observées jusqu'à présent dans le contexte des tumeurs du cerveau.

Faisabilité démontrée

«Pour la première fois, la faisabilité d'une immunothérapie personnalisée a été démontrée chez le patient. On a ainsi franchi un obstacle important, qui paraissait insurmontable il y a cinq ans et qui ouvre un réel espoir pour le traitement de ces maladies encore dévastatrices», se réjouit Pierre-Yves Dietrich.

Cet essai clinique multicentrique de phase 1 a été mené à Heidelberg (D), Tübingen (D), Genève, Leyde (NL), Copenhague et Barcelone. Ces chercheurs américains, britanniques et israéliens ont également participé à ces travaux.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.