Passer au contenu principal

La couche d'ozone est de nouveau menacée

Les niveaux de chlorure de méthylène augmentent dans la stratosphère, menacent le retour à la normale de la couche d'ozone.

Une image de la Nasa montre le trou dans la couche d'ozone.
Une image de la Nasa montre le trou dans la couche d'ozone.
Keystone

La couche d'ozone, qui se remet doucement depuis que le protocole de Montréal (1987) a interdit les gaz CFC, se trouve de nouveau menacée. Une étude met en garde contre un composé chimique utilisé dans les décapants pour peinture.

Les niveaux de chlorure de méthylène (ou dichlorométhane), un composé non concerné par l'interdiction actée à Montréal, augmentent rapidement dans la stratosphère, menaçant de retarder le retour à la normale de la couche d'ozone, alerte cette étude publiée dans Nature Communications.

Bouclier gazeux

Bien que «modeste à l'heure actuelle, l'impact du dichlorométhane sur l'ozone a crû nettement ces dernières années», écrit l'équipe de chercheurs américains et britanniques. «Une croissance continue contrerait une partie des gains permis par le protocole de Montréal», ajoutent-ils.

La couche d'ozone forme un bouclier gazeux, entre 10 et 50 km d'altitude, protégeant la Terre des rayons solaires ultraviolets. En 1987, un accord international a été signé pour supprimer progressivement les gaz CFC (utilisés dans la réfrigération et les aérosols), responsables du fameux «trou» dans cette couche gazeuse.

Les CFC ont ainsi été remplacés par les HFC (qui cependant contribuent à réchauffer la planète). Des scientifiques avaient déjà exprimé des préoccupations quant à l'impact de certains composés volatils, tels que le dichlorométhane.

Doublé depuis 2004

La nouvelle étude tente ainsi d'évaluer les dommages que génère ce produit, utilisé comme solvant pour peintures et vernis, dégraissant industriel et... pour décaféiner la café. Selon ces recherches, le niveau de dichlorométhane dans la stratosphère a quasiment doublé depuis 2004. Si cette croissance devait se poursuivre, elle pourrait retarder de dix ans la récupération de l'ozone au-dessus de l'Antarctique - là où le «trou» était le plus alarmant.

«Nous devons agir dès maintenant pour stopper les émanations de dichlorométhane dans l'atmosphère, si nous voulons éviter de ruiner 30 ans d'une action scientifique et politique exemplaire qui a sans aucun doute permis de sauver de nombreuses vies», a réagi Grant Allen, physicien spécialiste de l'atmosphère à l'Université de Manchester, dans un commentaire.

Cette étude montre en tout cas que protéger la couche d'ozone «est un défi industriel et politique bien plus grand que nous ne le pensions», souligne David Rowley, du University College de Londres.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.