Dormir fait économiser plus d'énergie qu'imaginé

SantéUne étude de l'Hôpital de l'Ile montre qu'en phase de sommeil profond, le corps épargne davantage que ce que l'on pensait.

Les chercheurs ont comparé la quantité d'énergie conservée durant le sommeil par rapport aux phases de veille.

Les chercheurs ont comparé la quantité d'énergie conservée durant le sommeil par rapport aux phases de veille.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le corps humain économise nettement plus d'énergie pendant le sommeil que ce que l'on pensait jusqu'à aujourd'hui. Des scientifiques à l'hôpital de l'Ile à Berne ont mis à jour une technique qu'utilise le corps pour se ménager.

En phase de sommeil, le métabolisme ralentit et permet d'économiser de l'énergie. Cependant, la quantité d'énergie ainsi épargnée n'est pas particulièrement élevée: cette raison seule semble insuffisante pour expliquer l'apparition du sommeil dans l'évolution du règne animal, car le repos a aussi des inconvénients - notamment le manque de temps pour la recherche de nourriture et la reproduction.

A travers des modèles mathématiques, Markus Schmidt et des chercheurs de l'hôpital de l'Ile à Berne, avec des scientifiques de l'Ohio State University, ont comparé la quantité d'énergie conservée durant le sommeil par rapport aux phases de veille. Et ils ont découvert qu'en dormant, l'on épargnait davantage que ce que l'on pensait.

Le «partitionnement»

Le ralentissement métabolique permet d'épargner environ 7-8% de l'énergie quotidienne, explique Markus Schmidt mardi dans un communiqué de l'hôpital de l'Ile. Mais si l'on tient compte d'une autre astuce du corps, le «partitionnement», la réserve est quatre fois plus grande, écrivent les chercheurs dans la revue spécialisée «PLoS One».

Avec le partitionnement, le corps répartit les processus biologiques entre veille et sommeil. Certains processus liés au système immunitaire, au renforcement de la mémoire ou à la régénération des cellules nerveuses sont particulièrement actifs pendant le sommeil. D'autres, comme ceux du métabolisme énergétique, nettement plus actifs à l'état de veille.

A travers cette répartition, l'énergie économisée pendant le sommeil peut s'élever à près de 37% de l'énergie quotidienne, selon Markus Schmidt. Cette technique permettrait en outre d'expliquer pourquoi un manque de sommeil chronique est mauvais pour la santé. «En cas de déficit, les fonctions relevant du sommeil ne se déroulent plus complètement», souligne M. Schmidt. Avec pour conséquences éventuelles, des problèmes de concentration ou des risques accrus de cancer. (ats/nxp)

Créé: 21.11.2017, 13h34

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.