Passer au contenu principal

RECHERCHEL'efficacité du vaccin contre la grippe dépend d'un gène

Des scientifiques bâlois et canadiens estiment qu'une variante génétique détermine si un vaccin contre la grippe déploie ou non tous ses effets.

Ces résultats permettront de développer de nouveaux adjuvants pour les vaccins.
Ces résultats permettront de développer de nouveaux adjuvants pour les vaccins.
AFP

Une variante génétique détermine si un vaccin contre la grippe déploie ou non tous ses effets chez une personne. C'est le résultat d'une recherche menée par des scientifiques bâlois et canadiens. Cette étude pourrait permettre d'améliorer l'efficacité des vaccins, a indiqué jeudi 11 décembre l'Université de Bâle.

Le gène en question produit une certaine substance permettant au corps d'activer ses défenses immunitaires et porte souvent des mutations. Selon la variante génétique qu'un patient possède, il développera plus ou moins d'anticorps après une vaccination contre la grippe saisonnière.

L'efficacité des vaccins pourrait être renforcée

Le messager immunitaire produit par le gène s'appelle Interferon lambda et semble capable d'inhiber les producteurs les plus importants d'anticorps, dites cellules-B et cellules de plasma. Une mutation qui réduit la production d'Interferon lambda permet selon toute vraisemblance d'améliorer l'efficacité du vaccin, selon le directeur de la recherche, Adrian Egli, du département de biomédecine de l'Université de Bâle.

Les scientifiques ont trouvé ce lien sur des patients ayant subi une transplantation d'organe et qui prennent des médicaments qui atténuent les réactions du système immunitaire. Chez eux, la vaccination a peu d'effet. Des tests ultérieurs chez des patients sains ont ensuite démontré le rôle du gène de l'Interferon.

Ces résultats permettent de développer de nouveaux adjuvants pour les vaccins qui auront pour fonction de réduire les Interferons et de favoriser la production d'anticorps. L'équipe du professeur Egli est prête à développer ces additifs. Ainsi, l'efficacité des vaccins contre la grippe pourrait être renforcée par exemple chez des patients dont le système immunitaire est faible.

Cette recherche helvético-canadienne a été publiée dans le journal «PLOS Pathogens».

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.