Astuce pour se chauffer avec la chaleur de l'été

SuisseLe laboratoire fédéral d'essai des matériaux planche sur une installation qui permettrait de réduire notre consommation d'énergie.

Image: Institut de recherche Empa

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Chauffer en hiver avec la chaleur de l'été: l'institut de recherche Empa est en train de tester cette possibilité sur une installation de laboratoire qui stocke longtemps la chaleur grâce à une astuce chimique. Cela réduirait la consommation d'énergie fossile.

En dissolvant dans l'eau de l'hydroxyde de sodium solide très concentrée, le mélange (soude caustique) chauffe. De l'énergie se libère lors de la réaction chimique, la dilution. Inversement, on peut chauffer la soude caustique et évaporer à nouveau l'eau. La soude se concentre et stocke ainsi l'énergie qui lui est fournie sur une longue durée, jusqu'à ce qu'elle soit à nouveau en contact avec l'eau.

C'est sur ce principe que repose l'installation testée par le laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche Empa. Elle fait l'objet d'une publication dans la dernière édition du magazine Empa Quarterly. Développé par les chercheurs de l'institut Robert Weber et Benjamin Fumey, le système est en service depuis l'automne et fonctionne de manière fiable, écrit l'Empa.

Dispositif en forme de spirale

La tâche ne fut pas facile pour trouver la taille permettant de stocker assez de chaleur pour une maison individuelle. Le premier prototype ne fonctionnait pas correctement. Le chercheur Benjamin Fumey a eu l'idée de faire le test avec un échangeur de chaleur en forme de spirale. En pratique, le système existe déjà puisqu'il est utilisé dans les dispositifs de chauffage vendus dans le commerce.

Et de cette manière, l'installation fonctionne: la soude caustique peut ainsi couler en spirale le long d'un tuyau, stocker en chemin la vapeur et libérer la chaleur ainsi créée dans le tuyau et l'eau de chauffage.

La température de la vapeur d'eau doit être de 5 à 10 degrés. Elle peut être produite par exemple à l'aide de la chaleur d'une sonde géothermique, écrit l'Empa. Grâce à la vapeur d'eau, la teneur en hydroxyde de sodium de la soude caustique est diluée, passant de 50% à 30%. L'eau de chauffage atteint quant à elle 50 degrés.

Recharge grâce au solaire

La soude caustique se «recharge» de la même manière. Si elle coule le long du tuyau chauffé par des panneaux solaires par exemple, et dont l'eau est à 60 degrés, l'eau s'évapore et la soude redevient solide.

De cette manière, l'énergie solaire peut être stockée sous forme d'énergie chimique à partir de l'été et jusqu'en hiver, explique Benjamin Fumey dans le communiqué de l'Empa. Ce n'est pas tout: sous forme de soude caustique concentrée, la chaleur «capturée» peut être transportée à un autre endroit et est ainsi utilisable de manière polyvalente.

Les scientifiques de l'Empa cherchent désormais des partenaires industriels pour développer le système sur une installation domotique compacte. Avec pour but la réduction de la consommation d'énergie fossile comme le pétrole. En 2014, 71% des logements suisses étaient chauffés par le biais d'énergies fossiles et 60% de l'eau consommée par les privés étaient produits de cette manière. (ats/nxp)

Créé: 06.01.2017, 11h11

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.