Braconnage et trafic pour 45% des sites UNESCO

EnvironnementProtégés pour leur fragilité, leur beauté, leur rareté, les sites du patrimoine de l'Unesco n'échappent pas au marché noir.

Image prétexte. Une plantation de palmiers à huile, aux alentours d'une forêt protégée en Indonésie.

Image prétexte. Une plantation de palmiers à huile, aux alentours d'une forêt protégée en Indonésie. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Environ 45% des quelque 200 sites naturels classés au patrimoine mondial de l'UNESCO sont victimes de braconnage ou d'exploitation forestière illégale, alerte le WWF mardi. Près d'un tiers des tigres à l'état sauvage et 40% de tous les éléphants d'Afrique vivent dans ces sites.

Ceux-ci constituent parfois les derniers habitats pour des espèces menacées: c'est le cas pour le rhinocéros de Java en Indonésie ou le marsouin de Californie, espèce du golfe du Mexique.

D'après le rapport du WWF, le braconnage des espèces vulnérables et menacées, au premier rang desquelles les éléphants, les rhinocéros et les tigres, est signalé dans au moins 43 sites du patrimoine mondial, tandis que des cas d'exploitation forestière illégale d'espèces végétales précieuses, comme le bois de rose et l'ébène, sont recensés dans 26 sites.

Quant à la pêche illégale, elle est rapportée dans 18 des 39 sites marins et côtiers actuellement définis. L'organisation non gouvernementale souligne toutefois que l'estimation de l'ampleur des activités concernées est rendue difficile par leur nature illicite.

Economie locale en péril

Le braconnage dans les sites UNESCO met en péril les espèces, mais aussi l'économie locale, notamment en diminuant l'attractivité de ces sites pour les touristes, qui souhaitent admirer les animaux dans leur environnement naturel.

Le WWF estime que le braconnage de l'éléphant prive chaque année le continent africain de 25 millions de dollars de recettes touristiques (25,1 millions de francs). D'une valeur annuelle comprise entre 15 et 20 milliards de dollars, le marché du commerce illégal d'espèces sauvages se classe au quatrième rang mondial des commerces illicites après la drogue, la contrefaçon et le trafic d'êtres humains, selon le rapport.

Quant au commerce illégal de bois d'oeuvre (bois destiné à tout emploi autre que le chauffage), responsable à lui seul de 90% de la déforestation enregistrée dans les grands pays tropicaux, il est valorisé à hauteur de 30 à 100 milliards de dollars par an par le WWF. (ats/nxp)

Créé: 18.04.2017, 05h24

Articles en relation

A Genève, le tri du plastique de la Migros part en fumée

Environnement Le détaillant se vante pourtant d’avoir été la première enseigne à recycler les bouteilles en polyéthylène. Plus...

Le plateau suisse est à sec

Environnement Une sécheresse exceptionnelle sévit dans le pays depuis plusieurs semaines. Les autorités sont sur le qui-vive. Plus...

Les coraux doublement blanchis condamnés

Environnement Les coraux de la Grande barrière qui ont subi pour la seconde année consécutive un blanchissement n'ont aucune chance de s'en remettre. Plus...

Les catastrophes ont coûté 175 milliards de dollars

Environnement Les désastres ont coûté deux fois plus l'an dernier qu'en 2015, selon des chiffres publiés par le réassureur Swiss Re. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...