Deux ans d'études pour améliorer les prévisions polaires

ClimatUne campagne internationale a été lancée lundi à Genève pour mieux cerner les prochains changements climatiques.

Parmi les mesures, des campagnes aéronautiques vont être menées au-dessus des deux Pôles.

Parmi les mesures, des campagnes aéronautiques vont être menées au-dessus des deux Pôles. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les changements climatiques dans l'Arctique et l'Antarctique devraient provoquer des risques mais aussi apporter des opportunités économiques. Une campagne internationale a été lancée à Genève pour améliorer les prévisions du climat et des glaces dans ces régions polaires.

L'Année de la prévision polaire aura lieu de début juillet prochain à fin juin 2019, a indiqué lundi l'Organisation météorologique mondiale (OMM) qui l'a décidée avec de nombreux partenaires. Des spécialistes doivent observer et décortiquer pendant deux ans les données sur ces régions.

Le nombre d'observations va augmenter, des campagnes aéronautiques seront menées et de nouvelles stations météorologiques automatiques seront notamment établies. Les zones de forte convergence des glaces seront particulièrement ciblées.

De meilleures prévisions maritimes et de l'état des glaces permettront de diminuer les risques sécuritaires. Elles doivent aussi améliorer les prévisions aux latitudes plus basses où se trouve la population.

Incidences sur les transports et la pêche

Les conséquences du réchauffement climatique sont plus importantes dans les régions polaires. L'Arctique et certaines zones de l'Antarctique se réchauffent deux fois plus vite que le reste du monde. La réduction des glaces provoque ensuite une hausse du niveau des mers.

L'étendue maximale de la banquise arctique a récemment battu des records négatifs. De même que la surface minimale de la banquise antarctique.

Ce réchauffement pourrait provoquer «les vagues de froid et de chaleur et les périodes de sécheresse dans l'hémisphère Nord», affirme le secrétaire général de l'OMM Petteri Taalas. En revanche, dans les régions polaires, il permet une augmentation des activités liées aux transports, au tourisme, aux ressources naturelles et à la pêche. Mais il risque aussi de favoriser des vagues de huit mètres dans l'Arctique.

Certains pays devront par ailleurs adapter leurs infrastructures. Les prévisions manquent actuellement sur ces régions. Des données précises sur le climat et l'état des glaces de mer seront de plus en plus indispensables, a également expliqué M. Taalas. (ats/nxp)

Créé: 15.05.2017, 10h49

Articles en relation

Réchauffement toujours plus alarmant

Climat La mise en œuvre de l'accord de Paris débute dans un contexte de changement climatique on ne peut plus inquiétant. Plus...

L'avenir de l'accord de Paris se joue à Bonn

Climat Les délégations de 196 pays entament lundi en Allemagne des discussions sur la mise en oeuvre de l'accord sur le climat. Plus...

Climat: les intérêts américains d'abord

Etats-Unis Le secrétaire d'Etat américain a indiqué jeudi que Washington n'allait pas se «précipiter» pour réviser sa politique environnementale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...