Les fourmis s’organisent aussi contre les maladies

DécouverteLes insectes réduisent leurs interactions quand un microbe atteint leur colonie, révèle l’Université de Lausanne.

Les chercheurs de l’UNIL ont marqué au total 2266 individus avec des QR Code afin de mesurer les contacts entre elles.

Les chercheurs de l’UNIL ont marqué au total 2266 individus avec des QR Code afin de mesurer les contacts entre elles. Image: UNIL/TIM BRÜTSCH

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors que la grippe frappe à la porte, les humains pourraient s’en inspirer: les fourmis, aussi, ont élaboré des stratégies de défense contre les maladies. Quand un agent pathogène entre dans leur colonie, elles modifient leur comportement afin d’éviter une épidémie. Et protègent avant tout les individus importants, la reine ainsi que les jeunes ouvrières, révèle le Département d’écologie et évolution de l’Université de Lausanne (UNIL).

Selon le professeur Laurent Keller, il s’agit de la première étude démontrant qu’une communauté animale modifie son organisation pour réduire la propagation de maladies. «Les fourmis n’interagissent pas de façon aléatoire avec leurs congénères, mais sont organisées en groupes de travail, selon leur âge et les missions à accomplir», précise Nathalie Stroeymeyt, première auteure de l’étude parue dans la revue «Science». La chercheuse a observé que les jeunes ouvrières – les «nourrices» – veillant sur les larves à l’intérieur de la colonie ont peu de contact avec les aînées (les ouvrières appelées «fourragères»), chargées d’aller chercher de la nourriture à l’extérieur.

Expérience multimillénaire

Selon les deux chercheurs, la capacité des fourmis à faire face à des questions complexes, dont un risque d’épidémie, pourrait servir d’exemple à l’élaboration de méthodes semblables chez l’homme, voire à prévenir des pandémies à l’échelle de la planète. «Elles savent se protéger contre les maladies depuis 100 millions d’années, relève Laurent Keller. Nous, juste depuis plusieurs siècles.» Et ces insectes sociaux présentent de nombreuses similitudes avec les sociétés humaines. Ne seraient-ce qu’une forte densité de population ainsi que des contacts fréquents et étroits entre individus, représentant autant de vecteurs d’épidémies. Ces jours, d’ailleurs, la promiscuité est la cause principale de la propagation de la grippe chez les humains.

Afin d’analyser les flux de propagation des maladies chez les laborieux insectes, les biologistes de l’UNIL ont posé des marqueurs digitaux sur 2266 fourmis noires des jardins, réparties en 22 colonies. Des images prises par des caméras infrarouges chaque demi-seconde ont permis de mesurer tous leurs déplacements. Et quand les myrmécologues ont exposé quelques fourmis à un champignon infectieux par simple contact, les insectes l’ont vite détecté avant de renforcer leurs défenses. «La fragmentation de la colonie et la ségrégation entre les groupes de travail avaient augmenté, explique Nathalie Stroeymeyt. Les nourrices et les fourragères inter­agissaient encore moins. Et l’efficacité du réseau, soit la vitesse à laquelle l’agent pathogène se diffuse, avait diminué.»

Les touchées s’isolent

Les fourragères initialement exposées au champignon s’étaient isolées: elles restaient davantage à l’extérieur et réduisaient leurs déplacements une fois à l’intérieur de la colonie. Plus surprenant, les fourragères saines agissaient de même. Les nourrices, elles, déplaçaient le couvain – l’ensemble d’œufs, de larves et de nymphes – plus profondément dans le nid pour le mettre en sécurité.

Mais les fourmis possèdent des avantages que les hommes n’ont peut-être pas, à entendre Laurent Keller: «Certaines ont des organes particuliers élevant des bactéries qui produisent des antibiotiques. D’autres créent apparemment des substances qu’elles déposent sur les blessures de leurs congénères blessées et qui réduisent le risque d’infection.»

Créé: 04.01.2019, 17h12

Articles en relation

Terribles ou adorables, ils se préparent à nous envahir

Nature Editorial De nouveaux insectes sont aux portes du canton. Du redouté frelon asiatique aux charmantes libellules, en passant par la cigale et la fourmi. Florilège. Plus...

Des milliers de fourmis envahissent le Vivarium de Lausanne

Lausanne Pour fêter l’arrivée de ses nouveaux pensionnaires, le Vivarium de Lausanne organisera ce samedi une journée thématique avec conférences et ateliers pour les enfants. Plus...

La solitude accélère la mort des fourmis

Animaux Une équipe de l’UNIL apporte une explication au dépérissement qui gagne ces insectes sociaux lorsqu’on les isole. Plus...

Les fourmis de Cully s’attaquent à Lausanne

Fléau Les insectes ont créé une énorme colonie sur les quais d’Ouchy. L’espèce serait une des plus invasives au monde, selon les experts. Plus...

Dubochet: «Même les fourmis sont altruistes»

Prix Nobel Jacques Dubochet a été accueilli en héros jeudi matin sur le campus de Lausanne. Tout a changé, mais pas l’homme, ni ses valeurs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.