Des milliards pour sauver la Grande barrière

AustralieLe plus grand système corallien au monde classé au patrimoine de l'humanité est menacé par le changement climatique.

Le sauvetage de la Grande barrière de corail va coûter très cher.

Le sauvetage de la Grande barrière de corail va coûter très cher. Image: Archives/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On ne pourra peut-être plus sauver la Grande barrière de corail dans 5 ans si Canberra ne consacre pas 7,2 milliards de francs à améliorer la qualité de l'eau, selon des experts.

Le récif subit son pire épisode de blanchissement, en raison du réchauffement.

Le plus grand système corallien au monde classé au patrimoine de l'humanité est menacé par le changement climatique, mais aussi les ruissellements agricoles, le développement économique et la prolifération des acanthasters, étoiles de mer mangeuses de coraux également appelées couronnes d'épines.

Le récif subit aussi le pire épisode de blanchissement des coraux jamais enregistré, qui touche 93% d'entre eux, en raison de la hausse de la température de l'eau.

Système actuel inadéquat

«Le système actuel de gestion pour capturer les ruissellements polluants et affronter le changement climatique est clairement inadéquat pour empêcher de nouvelles dégradations», écrivent Jon Brodie et Richard Pearson, chercheurs à l'université James Cook, dans une étude publiée par le Estuarine, Coastal and Shelf Science journal.

Dans un communiqué publié jeudi, ils estiment que le gouvernement doit débloquer 10 milliards de dollars australiens (6,5 milliards d'euros) sur 10 ans pour améliorer la qualité de l'eau, faute de quoi «la Grande barrière de corail en sera au stade terminal d'ici cinq ans».

«Le changement climatique est beaucoup plus rapide que ce à quoi s'attendaient la plupart des scientifiques», a déclaré Jon Brodie. «Une chose que nous pouvons faire, c'est améliorer la qualité de l'eau. C'est maintenant ou jamais, il faut le faire pour obtenir une certaine résistance au changement climatique».

Pâturages et engrais

D'après lui, la mauvaise qualité de l'eau s'explique par les sédiments provenant de pâturages qui se déversent dans la mer, obscurcissant l'eau et perturbant la croissance des algues et des coraux.

Les ruissellements des engrais, en particulier du nitrogène, en provenance de l'industrie de la canne à sucre, sont également très néfastes, car ils favorisent la croissance des couronnes d'épines, qui se nourrissent de coraux, a-t-il ajouté.

Les financements doivent servir en particulier à planter des arbres le long des cours d'eau pour éviter l'érosion.

Plan de protection

Un porte-parole du ministre de l'Environnement Greg Hunt a assuré que le gouvernement faisait plus que «jamais auparavant» pour protéger le site.

Le site de 345'000 km2 a évité de justesse en 2015 d'être placé par l'Unesco sur sa liste des sites en péril.

Canberra a dévoilé en mars 2015 un plan de protection sur 35 ans qui interdit tout déversement de déchets de dragage et fixe des objectifs en matière d'amélioration de la qualité de l'eau et de protection de la vie marine.

Selon une étude de 2013 du cabinet Deloitte Access Economics, le site injecte chaque année six milliards de dollars australiens dans l'économie, principalement grâce au tourisme. (afp/nxp)

Créé: 19.05.2016, 09h11

Articles en relation

Grande barrière de corail: «L'Australie a assez fait»

Réchauffement climatique L'Australie pense avoir tout mis en oeuvre pour protéger ce récif corallien. Plus...

La Grande barrière de corail s'éclaircit

Australie Des observations aériennes ont révélé l'un des plus graves épisodes de blanchissement des coraux de l'écosystème. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...