Les ONG jouent à fond la carte du bien-être animal

EnvironnementPoissons, cochons, volailles, les ONG accentuent la pression sur les «fermes-usines» pour garantir le bien-être des animaux.

Les ONG mettent la pression sur les «fermes-usines» afin de garantir le bien-être animal.

Les ONG mettent la pression sur les «fermes-usines» afin de garantir le bien-être animal. Image: Etienne Ansotte/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Greenpeace a publié lundi une cartographie des «fermes-usines» en France, tandis qu'une autre ONG défendait le bien-être des poissons en aquaculture en dénonçant les conditions de leur abattage, accentuant la pression sur l'élevage industriel.

«Nous voulons informer sur les 4.400 fermes-usines que compte la France, essentiellement dans le domaine des porcs et des volailles, situées surtout dans le Grand Ouest, et sur les impacts pour l'environnement de ce type d'élevage industriel» a déclaré à l'AFP Suzanne Dalle, responsable agriculture chez Greenpeace France.

Les trois départements en haut du classement sont bretons: Côtes d'Armor, Morbihan et Finistère, avec 1.720 exploitations de ce type, une concentration «qui n'est pas sans conséquence puisque c'est également la région qui connaît le plus de problèmes liés à la pollution de l'eau, avec notamment le phénomène des algues-vertes», indique Greenpeace dans son dossier.

Répertoire des fermes-usines

Pour établir sa carte interactive, Greenpeace a ciblé toutes les installations dépassant les 750 emplacements pour les truies, 2.000 pour les porcs de production de plus de 30 kg, 40.000 pour les volailles, 400 pour les vaches laitières, et 800 pour les veaux de boucherie ou bovins à l'engraissement.

L'ONG affirme que ce type d'élevage «importe d'importantes quantités de soja qui contribue à la déforestation au Brésil et en Argentine» et participe à la «sur-utilisation d'antibiotiques».

Greenpeace dénonce le fait que ces élevages ont touché 48 millions d'euros d'aides européennes, mais n'a pas fait le même travail de cartographie pour les autres pays européens.

L'ONG n'a pas non plus répertorié les «fermes-usines» à l'est de l'Europe, aux Etats-Unis, au Canada ou au Brésil, où les concentrations d'animaux sont beaucoup plus importantes qu'en France, et dont les produits à plus bas coûts concurrencent les produits d'élevage français.

Mort «très stressante»

De son côté, l'ONG CIWF (Compassion in World Farming), qui milite pour l'amélioration du bien-être des animaux d'élevage, s'est intéressée pour la première fois au sort des poissons en aquaculture en publiant lundi matin également le résultat d'une enquête.

Pour les truites et les daurades, CIWF juge en particulier «pas acceptable» une technique douloureuse et trop longue de mise à mort, de «refroidissement avec de la glace» ou de simple «exposition à l'air libre pour qu'ils s'asphyxient».

«Certaines daurades sont tuées en étant sorties hors de l'eau, mais ceci est à l'origine d'une mort très stressante, avec une longue agonie» indique CIWF. Pour le bar, dont l'Europe a produit plus de 69.000 tonnes en 2015, plus de la moitié en Grèce, l'Espagne étant le deuxième plus grand producteur, CIWF dénonce aussi «l'asphyxie dans la glace».

L'ONG souligne que l'Organisation internationale de la santé animale (OIE) a recommandé que ces techniques ne soient pas utilisées «si des méthodes alternatives peuvent être mises en place» indique CIWF.

«La technique la plus prometteuse est l'étourdissement électrique suivi d'un refroidissement dans la glace» ajoute l'ONG qui appelle le ministère de l'Agriculture à «modifier la réglementation sur l'abattage des poissons d'élevage».

Alors que toute la chaîne agroalimentaire, de l'élevage à l'abattage, est depuis plusieurs mois dans la ligne de mire de mouvements radicaux dits antispécistes, antiviande, qui souhaitent l'abolition de l'élevage, les deux organisations soulignent qu'elles «ne veulent pas supprimer l'élevage».

Mais elles appellent au développement de pratiques vertueuses. Greenpeace en particulier demande une redirection des aides publiques européennes vers des techniques agroécologiques et un véritable «changement de modèle» agricole. (afp/nxp)

Créé: 26.11.2018, 09h24

Articles en relation

Aux Galapagos, vol de 123 tortues menacées

Equateur 123 jeunes tortues terrestres géantes ont disparu d'un centre d'élevage des Galapagos. Quito dénonce un «enlèvement». Plus...

Trente-quatre chiens huskies séquestrés

Canton de Berne Un élevage de huskies dans l'Emmental était visé par une enquête du service vétérinaire. Quelque 34 chiens ont été saisis. Plus...

Contre l'élevage intensif de chiots et de chatons

Royaume-Uni Londres veut réglementer l'élevage et la vente d'animaux de compagnie pour lutter contre certaines pratiques «épouvantables». Plus...

Manif contre l'élevage des animaux de rente

Berne A l'appel de l'organisation «Tier im Fokus», les manifestants ont demandé l'arrêt de l'élevage des animaux uniquement pour leur rentabilité. Plus...

Une foule en colère massacre près de 300 crocodiles

Indonésie Après la mort d'un homme tué par un crocodile, des centaines d'habitants ont abattu 292 sauriens dans une ferme d'élevage. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 19 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...