Passer au contenu principal

TourismeQuand la protection des éléphants devient un business

Les touristes sont plus enclins à visiter des parcs avec beaucoup d'éléphants en Afrique.

La population des éléphants d'Afrique a diminué au total d'environ 30% entre 2007 et 2014.
La population des éléphants d'Afrique a diminué au total d'environ 30% entre 2007 et 2014.
Archives/photo d'illustration, AFP

Mettre fin au massacre d'éléphants pour leurs défenses pourrait accroître de 25 millions de dollars (23 millions d'euros) les revenus annuels du tourisme en Afrique, ce qui ferait plus que compenser le coût de la lutte contre le braconnage, selon une étude.

Cette somme est faible par rapport à la valeur estimée du marché noir de l'ivoire en Chine mais représente tout de même environ un cinquième des revenus touristiques des parcs de quatorze pays où vivent la moitié des éléphants d'Afrique, précise l'étude parue mardi dans la revue Nature Communications.

Le manque à gagner pour le tourisme africain dû au braconnage est «substantiel» et «plus élevé que les sommes nécessaires pour mettre un terme au déclin des éléphants en Afrique de l'Est, de l'Ouest et australe», écrivent les auteurs. La protection des éléphants est donc «une décision d'investissement sage pour les pays des régions de savane en Afrique», concluent-ils.

Le commerce de l'ivoire est estimé à près de 600 millions de dollars annuels, illustrant les «difficultés économiques de la protection des éléphants», admettent les auteurs.

La population des éléphants d'Afrique a diminué au total d'environ 30% entre 2007 et 2014, selon l'étude. Les défenses des éléphants sont utilisées pour être sculptées dans certaines régions d'Asie où être propriétaire de tels objets est un signe de richesse.

Les chercheurs ont utilisé les données disponibles sur le comportement des touristes et la densité des populations d'éléphants pour cette étude, selon eux la première à quantifier «les bénéfices économiques perdus» à cause du braconnage.

Il en va différemment pour les forêts d'Afrique centrale, où les éléphants sont plus difficiles à observer et où leur nombre est moins lié aux revenus du tourisme.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.